Le Québec, une histoire de famille | Le premier réseau social consacré à la généalogie au Québec!

Famille de la semaine

Bérubé

Retour à la capsule

Généalogie

Généalogie des Bérubé

 

 

On ne peut confirmer avec précision l’origine du patronyme Bérubé. Certains chercheurs avancent qu’il serait un dérivé du nom Barabé (lui-même dérivé de Barnabé) ou encore de Belru, signifiant joli ruisseau. Un Bérubé aurait donc vécu près d’un lieu-dit du même nom. Mais le lien semble si loin qu’on ne peut trancher formellement qu’il s’agit bien là de la vérité.

 

L’association des Bérubé d’Amérique penche quant à elle vers une origine scandinave. En effet, on nommait Bergaby les hameaux vickings nés autour de la mer Baltique aux 8e et 9e siècles. Lors de l’invasion de l’Angleterre par Guillaume le Conquérant, ceux-ci ont été rebaptisés Beruby par les troupes normandes. Comme le nom Bérubé est originaire de Normandie, il se peut qu’il ait pris sa source à cette période.

 

Une chose est sûre, le nom est presque inexistant en France aujourd’hui. Au Québec, il arrive toutefois au 64e rang en importance avec quelque 14 100 porteurs du nom. Ces milliers de Bérubé descendent tous d’un seul et même couple. Voici son histoire.

 

LE PIONNIER DES BÉRUBÉ

 

Fils de Robert Bérubé et Catherine Ferrecoq, Damien Bérubé voit le jour le 1er février 1647 à Rocquefort, village de Haute-Normandie situé dans le canton de Fauxville-en-Caux, au coeur d’un triangle formé par les villes de Le Havre, Dieppe et Rouen. Le nouveau-né a pour parrain Jean-Baptiste des Champs, seigneur de Boishébert. En 1674, trois ans après l’arrivée du pionnier en Nouvelle-France, cette famille lui accordera sa première concession en Nouvelle-France: une terre de 12 arpents de front à Rivière-Ouelle, dans la seigneurie de la Bouteillerie.

 

Le 22 août 1679, Damien Bérubé se marie avec Jeanne Savonnet, fille de Jacques Savonnet et Antoinette (ou Thoinette) Babilotte, née à Paris, sans doute vers 1650 (les chiffres des différents documents à son sujet se contredisent). Veuve de Jean Soucy dit Lavigne, Jeanne est déjà mère de 4 enfants. Six de plus naîtront de cette seconde union (3 filles et 3 garçons). Deux fils assureront la transmission du nom: Pierre (né en 1982) et Mathurin (né en 1688). Ce dernier ne connaîtra jamais son père. Damien Bérubé meurt avant sa naissance, en mars 1688, sans doute victime du typhus. Deux de ses filles l’accompagnent dans la mort: Marie et Thérèse.

 

Après ce triste épisode, Jeanne Savonnet se remarie une troisième fois en 1692, avec François Miville. Deux ans plus tard, elle met au monde une dernière fille: Marie-Françoise. Son dernier époux s’éteint en 1711, elle, 10 ans plus tard, le 12 mars 1721.

 

Damien Bérubé et Jeanne Savonnet ont tout deux un monument à leur honneur dans le cimetière de Rivière-Ouelle.

 

 

Recherche : Bertrand Desjardins

 

 

Commentaires

3

Vous devez être connecté pour inscrire un commentaire.

Connectez-vous
  • michel bérubé

    Il y a 5 ans

    Le nom Berruby, que portait l'ancêtre Damien au recensement tenu à Rivière-Ouelle en 1681, est fort ancien puisqu'on le trouve déjà à Dublin en 1263, 418 ans auparavant. Adam de Berruby y est en effet inscrit à la Guilde marchande de cette ville, laquelle fut officiellement instituée par le roi Jean Sans Terre, en 1192, après que les Anglo-Normands en ait fait la conquête. Pas étonnant qu'on retrouve à cette guilde, à l'époque, bien d'autres noms devenus québécois de nos jours, avec un orthographe légèrement différent toutefois: Ascelin, Bernard, Blanchard, Blond, Le Blund (à l'origine de Blunt), Bois, Buchard, Buffard, Bretun, Bron (à l'origine de Brown), Brun, Burel, Francey (à l'origine de French), Lambert, Le Chevaler, De La Grange, Le Grant, Le Turnur (Létourneau en français mais aussi Turner en anglais)), Gocelyn, Godyn, Hardy, Malot, Morel, Novo Castro (Chateauneuf), Turgot (Turcotte), Pascaud, Picot (Picotte), Pinel, Le Rus (Leroux), Ricard, Taillefer etc...et même Le Harpur, à l'origine de Harper en anglais.

  • michel bérubé

    Il y a 5 ans

    Il y a également une branche des Bérubé qui s'est transplantée de Normandie en Bretagne au XVIIIe siècle et qui, contrairement aux nombreux Bérubé d'Amérique (+ de 14 000 au Québec mais autant hors-Québec), s'est éteinte avec la disparition de son dernier descendant mâle, Pierre Bérubé, mort le 27 août 1914 pour la défense de Paris, dans la forêt de Jaulnay. Lieutenant du 8e Régiment d'infanterie coloniale, promotion de Mauritanie en 1911, ce jeune officier a reçu de façon posthume la Légion d'Honneur et la Croix de Guerre avec étoile de bronze. Il était le fils du colonel Raoul Bérubé (1852-1941), dont l'histoire personnelle est même à l'origine d'un personnage cinématographique, le colonel Dax dans "The Path of Glory", film de Stanley Kubrick réalisé à Hollywood en 1957. Le colonel y est personnifié par nul autre que Kirk Douglas. Cette famille compte plusieurs marins, dont un corsaire présent en Gaspésie, en 1753, alors qu'il,assiste à un mariage en tant que capitaine du Saint-Esprit. Pour l'auteur Charles Cunat (http://bit.ly/P2gpfg), le nom Bérubé est associé à ceux de capitaines célèbres de Saint-Malo, en Bretagne.

  • michel bérubé

    Il y a 5 ans

    Des Bérubé ont été testés par FTDNA et leur ADN-Y correspond à un très très petit sous-groupe de noms de famille qui se trouvent un peu le long du Rhin, en Allemagne et aux Pays-Bas, mais surtout en Angleterre (au sud et sur la côte est) dans les régions colonisées par les Germains (Angles, Saxons)aux Ve et VIe siècles et par les Vikings au IXième. Les noms de ces familles sont pour la plupart confirmés d'origine "anglo-normande", ce qui confirme clairement le lien entre les Beruby/Berruby/Barube présents en Angleterre au Moyen-Age et les Berubé, Berrubé/Barubé présents plus tard en Normandie, de même que l'origine du patronyme. Pour Gren Hatton, historien local de Barby (autrefois Beruby), au Northamptonshire, les Saxons nommaient déjà l'endroit Berughburh avant l'arrivée des vikings. La finale danoise en byr aurait alors remplacé celle en burh, sans changer le sens du nom de lieu, soit un établissement sur une colline. Le nom devient Beruby sous les Normands et il y a plusieurs familles Beruby dans le district, nommé Daventry, à partir du XIIIe siècle.