Le Québec, une histoire de famille | Le premier réseau social consacré à la généalogie au Québec!

Famille de la semaine

Martel

Retour à la capsule

Généalogie

Généalogie des Martel

 

En ancien français, le mot martel servait à désigner une forme de marteau si bien que le nom était généralement associé à un forgeron ou à un casseur de pierres. Très fréquent au Québec, le patronyme est porté aujourd’hui par environ 20 000 personnes (36e rang).  Les Martel sont presque aussi nombreux en France, mais arrivent beaucoup plus loin dans le classement (227e rang). Aux États-Unis, certains ont transformé leur nom en «Hammer».

 

Onze pionniers sont à l’origine des Martel d’aujourd’hui. Toutefois, l’un d’eux se démarque par une descendance plus nombreuse: Honoré Martel dit Lamontagne.

Voici son histoire.

 

LES PIONNIERS DES MARTEL

 

Fils du marchand de chevaux Jean Martel et de Marie Duchesne, l’ancêtre principal des Martel d’Amérique voit le jour vers 1632 dans la paroisse Saint-Eustache de Paris. Honoré Martel arrive en Nouvelle-France en 1665 en tant que soldat et, comme le veut la coutume militaire, il adopte un surnom, celui de Lamontagne. Mais auparavant, il aura fait un arrêt en Guadeloupe avec les troupes du marquis de Tracy.

 

Après sa libération de l’armée, Honoré décide de rester ici et d’épouser une Fille du Roy, Marguerite Lamireault. Née à Paris vers 1645, celle-ci est la fille de Jeanne Clause et de François Lamireault, qui travaillait comme cocher de la reine de France. Débarquée en 1668, la promise apporte avec elle des biens estimés à 300 livres.

 

Le mariage d’Honoré Martel dit Lamontagne et Marguerite Lamireault se déroule dans la paroisse Notre-Dame de Québec le 26 novembre 1668. Ils auront 14 enfants (8 garçons et 6 filles). De Québec, la famille migrera vers Neuville où le pionnier peinera à faire fructifier sa terre, tant et si bien qu’il reviendra en ville en 1688.

 

Parmi les 8 fils Martel, 5 passeront devant l’autel et, grâce à 28 petits-fils, ils permettront à leur patronyme de traverser les générations :

 

Jean dit Jean-François (épouse Marie Vanier en 1695)

Joseph-Alphonse (épouse Marguerite Groinier en 1701)

Paul (épouse Madeleine Guillot en 1698)

Antoine (épouse Catherine Guillot en 1706)

Jean (épouse Jeanne Roulois en 1712)

 

Sur les 6 filles Martel, 5 trouveront à leur tour un mari, mais bien évidemment, leurs enfants prendront le nom de leurs époux respectifs.

 

Marguerite Lamireault n’aura pas la chance de voir grandir ses petits-enfants. Elle s’éteint à l’Hôtel-Dieu de Québec le 17 octobre 1706. Elle avait 62 ans. Honoré Martel dit Lamontagne se remarie avec Marie Marchand (deux fois veuve) le 3 novembre 1707, mais hélas, celle-ci meurt l’année suivante. Le mariage restera sans postérité. On ignore la date exacte du décès du pionnier, mais certaines recherches la situent entre 1712 et 1713.

 

 QUELQUES AUTRES SOUCHES…

 

Pierre-Gratien Martel (Labastide-Clairance)

Sieur de Berhouague, marchand de Québec, il épouse Marie-Charlotte Charet à la Pointe-de-Lévy le 17 novembre 1667.

 

Raymond Martel (Labastide-Clairance, 1662)

Sieur de Berhouague et de Lachenaye, frère de Pierre-Gratien, il épouse Marie-Anne Trottier dite Desruisseaux à Batiscan, le 8 juin 1697. Il sera aussi commandant du Labrador. Le couple aura 5 enfants.

 

Jean Martel (Rouen, 1650)

D’abord garde de Frontenac, il épouse Marie-Anne Robineau dite Rouville à Port-Royal, le 1er mai 1703. Ils auront 8 enfants et se hisseront parmi les privilégiés de la Nouvelle-France.  

 

Étienne-Joseph Martel (Offranville, 1667)

Né en 1667, il épouse Antoinette Boucher le 20 novembre 1695 dans la paroisse Notre-Dame de Montréal. Ils auront 6 enfants, mais aucun fils marié. Étienne-Joseph épouse en secondes noves Marie-Anne Brébant le 21 mai 1703 à Montréal. Sur leurs 6 enfants, 1 fils se mariera et assurera la transmission du nom.

 

François-Louis Martel dit Rouisse (Perpignan, 1736)

Soldat de Montcalm puis chirurgien-major, il épouse Marie-Dorothée Bouchard le 20 juin 1768, à Petite-Rivière-Saint-François, dans Charlevoix.

 

Pierre Martel

Il épouse Geneviève Guèvremont à l’île Dupras le 21 avril 1766. Ils auront 4 fils mariés.

 

 

Recherche: Gisèle Monarque

 

 

Sources :

 

PRDH

Dictionnaire Jetté

Dictionnaire généalogique du Québec ancien, Bertrand Desjardins

Fichier origine

Portraits de familles pionnières, Robert Prévost, Éditions Libre Expression

Votre nom et son histoire, Roland Jacob,  Éditions de l’Homme

Collection Nos racines, Jacques Lacoursière et Marie-Andrée Bizier

Dictionnaire National des Canadiens français, Institut Drouin

Association des Martel d’Amérique

 

Commentaires

0

Vous devez être connecté pour inscrire un commentaire.

Connectez-vous