Le Québec, une histoire de famille | Le premier réseau social consacré à la généalogie au Québec!

Famille de la semaine

Beaudoin

Retour à la capsule

Script de la capsule

 

 

Je m’appelle France Beaudoin.

Iiiiiiiiiiici Raymond Beaudoin!

Voici l’histoire de nos familles!

 

 

Ils s’appellent Antoine, Henri, Jean-Baptiste, René ou Jacques. Ils sont les ancêtres des 15 700 Beaudoin du Québec.

 

 

[France Beaudoin]: «Mais c’est Jacques, mon ancêtre, qui était originaire de Saint-Martin-de-Ré, qui a aujourd’hui la plus grande descendance.»

 

 

Persécuté parce qu’il est protestant, Jacques embarque pour la Nouvelle-France en 1664. Sept ans plus tard, il se convertit pour s’unir à une Fille du Roy: Françoise Durand.

 

 

[Gaétan Bodoin]: «Le couple s’installe à Saint-François-de-l’île-d’Orléans et aura 9 enfants. L’ancêtre Jacques fait partie des 317 familles souches de l’île.»

 

 

À la même époque, un autre pionnier officie à Québec comme chirurgien-major, la plus haute fonction médicale dans la colonie.

 

 

[Louise Beaudoin]: «Son fils Gervais a fait construire, avant 1741, cette célèbre maison, en haut de l’escalier Casse-cou!»

 

 

Entre 1896 et 1906, la tuberculose fait plus de 33 000 victimes au Québec. Le médecin hygiéniste Joseph-Albert Baudouin prend les choses en main.

 

 

[Nadia Papineau-Couture]: «Dès 1925, mon grand-père a été le 1er au pays à expérimenter avec le fameux vaccin BCG!»

 

 

En 1966, Laurent Beaudoin reprend les rênes de la société de motoneiges fondée par son beau-père, Joseph-Armand Bombardier. Il diversifie l’entreprise et se lance dans le transport ferroviaire, puis l’aéronautique. Aujourd’hui, Bombardier, dirigé par son fils Pierre Beaudoin, emploie près de 17 000 Québécois.

 

 

[France Beaudoin]: «Grâce aux Beaudoin, fini les crimes parfaits!»

 

 

En 2004, le chercheur Alexandre Beaudoin découvre l’Oil Red O, une technique permettant de relever des empreintes digitales sur des surfaces qui, jusqu’ici, ne le permettaient pas !

 

 

L’année suivante, une convention de l’UNESCO accorde aux états le droit de subventionner leur culture malgré les lois du libre échange. Dénouement d’un combat initié par le Québec dès 1999 et mené par Louise Beaudoin.

 

 

Voilà, c’était l’histoire des Beaudoin!