Le Québec, une histoire de famille | Le premier réseau social consacré à la généalogie au Québec!

Famille de la semaine

Beaulieu

Retour à la capsule

Généalogie

Généalogie des Beaulieu



Comme son nom l’indique, le patronyme Beaulieu sert à désigner un «beau lieu»; un endroit bien situé où il y a une belle vue. En France, on trouve 24 communes de ce nom, sans compter les très nombreux lieux-dits. Porté par quelque 22 700 personnes, ce patronyme occupe le 22e rang en importance au Québec.

 

Un seul pionnier portait le nom de famille Beaulieu à son arrivée en Nouvelle-France, mais dix autres l’ont adopté comme surnom, lequel est devenu le patronyme principal de leurs descendants.

 

Les ancêtres de ces derniers portaient les noms de famille Albert, Bertrand, Brillant, Desmoulins, Dierce, Gourdeau, Hudon, Legay, Martin, Parmier, Philippe, Thomas. Tous ces « dits Beaulieu » ont tôt ou tard préféré le surnom Beaulieu à leur patronyme principal.

 

Le seul « vrai » Beaulieu

 

Charles Beaulieu, fils de l’avocat Michel Beaulieu et de Marie Dupont, voit le jour dans la paroisse Notre-Dame de Bayonne, en Gascogne (Pyrénées-Atlantiques). Sergetier de métier (tisserand), il épouse Marie-Barbe Auger dite Baron, fille de Jean et de Charlotte Glory, à la paroisse Notre-Dame-de-Montréal, le 4 mars 1726. (Leur contrat de mariage est signé la veille devant le notaire Lepailleur).

 

Le 5 novembre 1727, devant le notaire Adhémar, un bail à loyer d’une maison est signé par l’Hôpital général de Montréal, à Charles Beaulieu de la ville de Montréal.

 

Six enfants naissent de cette union. Un fils, Joseph, épouse Marie-Anne Boudrias, le 8 janvier 1752, et de ce couple vont naître huit enfants, dont 2 garçons en assureront la descendance jusqu’à nos jours, principalement dans la région de Ville Saint-Laurent.

 

Les familles Hudon dit Beaulieu et Martin dit Beaulieu ont laissé une progéniture importante jusqu’à nos jours

 

Les Hudon dit Beaulieu

 

Pierre Hudon dit Beaulieu, fils de Jean et de Françoise Durand, est originaire de Notre-Dame de Chemillé, arrondissement de Cholet, évêché d’Angers, en Anjou, dans le Pays de la Loire. Il arrive en Nouvelle-France le 17 août 1665, en tant que soldat de la compagnie de Grandfontaine, au régiment de Carignan. Au recensement de 1666, on le dit boulanger et volontaire. Il décède le 24 avril 1710 à Rivière-Ouelle, à l’âge de 63 ans. Il épouse Marie Gobeil, fille de Jean et Jeanne Guyet, le 13 juillet 1676 à Québec (le couple signe un contrat de mariage la veille devant le notaire Duquet).

 

Les époux s’installent à Rivière-Ouelle et 12 enfants naissent de cette union, dont 8 garçons et 4 filles. 7 garçons vont se marier et assurer une nombreuse descendance. Les premières générations s’établiront à la Rivière-Ouelle, Kamouraska, La Pocatière et Cap-Saint-Ignace. Plusieurs actes notariés par Pierre Hudon et ses descendants sont signés dans la région de la Rivière Ouelle et de Kamouraska.

 

Pierre Hudon dit Beaulieu est notamment l’ancêtre de l’écrivain Victor-Lévy Beaulieu.

 

Les Martin dit Montpellier dit Beaulieu

 

Antoine Martin dit Montpellier, fils de Jean et Isabelle Costé, est originaire de Saint-Xiste, évêché de Montpellier, dans le Languedoc. Soldat et cordonnier, il épouse Denise Sevestre, fille de Charles et Marie Pichon, le 18 juin 1646 à la paroisse Notre-Dame de Québec (le couple signe un contrat de mariage la veille devant le notaire Tronquet). Les époux s’installent à Québec et 4 enfants naissent de cette union, dont un seul garçon, Antoine, adopte le surnom de Beaulieu et assure la continuité sous ce patronyme.

 

Antoine, fils d’Antoine et de Denise Sevestre, épouse en premières noces à Beauport, le 11 janvier 1690, Jeanne Courville Cadieux, fille de Charles et Madeleine Macard. Quatre enfants naissent de cette union, dont un garçon, Joseph, qui se marie avec Charlotte Bédard. Antoine épouse en secondes noces Marie-Thérèse Bonnet, fille de Mélaine et Marie Bisson, à Charlesbourg, le 2 mars 1699. De cette seconde union voient le jour 10 enfants, dont 3 garçons se marient. Voilà la postérité assurée, en bonne partie dans la région de Boucherville

 

Recherche: Gisèle Monarque

 

Sources :

 

Dictionnaire généalogique du Québec ancien - Bertrand Desjardins

 

Fichier origine – Marcel Fournier

 

Dictionnaire généalogique des Canadiens-français – Institut Drouin

 

Parchemin – Archiv-histo

 

Portraits de familles pionnières  - Robert Prévost

 

Dictionnaire généalogique des familles du Québec – René Jetté

 

Répertoire des noms de famille du Québec – René Jetté et Micheline Lécuyer

 

Dictionnaire biographique des ancêtres québécois – Michel Langlois

 

 

Commentaires

1

Vous devez être connecté pour inscrire un commentaire.

Connectez-vous
  • Lorraine Talbot

    Il y a 5 ans

    INTÉRESSANT! Auriez-vous par hasard les armoiries, ou l'écusson Martin dit Beaulieu?