Le Québec, une histoire de famille | Le premier réseau social consacré à la généalogie au Québec!

Famille de la semaine

Bergeron

Retour à la capsule

Script de la capsule



Je m’appelle Michel Bergeron.

Et moi Ima, Marie-Andrée Bergeron.

Voici l’histoire de nos familles !

 

Les 30 200 Bergeron d’ici descendent principalement de 3 ancêtres.

 

[Ima] : « Notamment le mien, André, venu ici avec son père en 1665 et originaire de Saint-Saturnin-du-Bois, en Charente-Maritime ! »

 

[Michel Bergeron] : « Sans  oublier : mon ancêtre, le vendéen François… »

 

… et Barthélémy, né à Amboise en Touraine, qui s’installe en Acadie vers 1693.

 

[Gilles Bergeron] : « Mon ancêtre est le père de la souche acadienne des Bergeron ! »

 

70 ans plus tard, dans la foulée du Grand Dérangement, son petit-fils Michel conduit un groupe de familles de la Rivière Saint-Jean, jusqu’à Saint-Grégoire, encore totalement inhabité.

 

[Gilles Bergeron] : « C’est ici que mon ancêtre Michel et ses compagnons ont construit la première maison de Saint-Grégoire, aujourd’hui, secteur de Bécancour ! »

 

En 1940, Edmond achète une petite fromagerie  à Saint-Bruno, au Lac-Saint-Jean. Sans le savoir, il associe pour toujours le nom Bergeron aux fromages du Québec !

 

[Sylvain, Mario et Roger Bergeron] : « En 1954, notre grand-père transformait 1,5 million litres de lait par année. Aujourd’hui, nous en transformons 26 millions. »

 

Le 5 avril 1965, le contremaître Georges Bergeron atterrit avec 3 de ses hommes sur le Lac du Tast, à 150 km de Matagami. Une première étape de l’exploration qui conduira à la construction du méga complexe de la Baie James. À 64 ans, Georges est devenu l’homme qui a ouvert le Nord !

 

À l’époque, Henri Bergeron anime les Beaux Dimanches.

 

[Rosalie Bergeron] : « Après des débuts à la radio, notre grand-père a été le premier animateur de télévision au pays. »

 

1980. Le Tigre Michel Bergeron passe derrière le banc des Nordiques. Il restera pour toujours la figure emblématique de la rivalité Québec-Montréal.

 

Voilà, c’était l’histoire des Bergeron !