Le Québec, une histoire de famille | Le premier réseau social consacré à la généalogie au Québec!

Famille de la semaine

Cadieux

Retour à la capsule

Script de la capsule



Je m’appelle Sophie Cadieux.

Et moi Anne-Marie Cadieux.

Voici l’histoire de nos familles !

 

Les 4 300 Cadieux du Québec descendent de Jean, originaire de Pringé-sur-Loir dans la Sarthe. Et quand on pense aux Cadieux, on pense à la célèbre Laura de Michel Tremblay

 

[Ginette Reno] : «  Des Cadieux, il y en a ! Des vrais à part ça, qui ont fait l’histoire du Québec ! »

 

En 1653, on lance en France la « Grande Recrue ». Objectif : recruter 100 nouveaux colons pour peupler et protéger Ville-Marie. Parmi eux : Jean Cadieux !

 

Mais la vie sur l’île reste dangereuse. Le 5 août 1689, 1 500 Iroquois rasent le village de Lachine et massacrent 24 colons, dont Marie-Geneviève, fille de Jean, et âgée de seulement 20 ans!

 

À la 5e génération, le notaire Jean-Marie Cadieux de Courville va marquer de son empreinte le Plateau Mont-Royal, où de nombreuses rues évoquent des membres de sa famille, comme les rues : Rachel, Roy, Napoléon et Courville.
 

Il est aussi le père d’Henriette, épouse du martyr patriote, Chevalier de Lorimier, executé le 15 février 1839.

 

Henriette ne se remarie pas. Démunie, elle quitte Montréal pour s’installer à L’Assomption, avec ses deux filles.

 

Ses conditions de vie bouleversent les héritiers du mouvement patriote. En 1883, La Tribune fait état de son dénuement.

 

Une souscription est lancée. On récolte 1000 $, l’équivalent de 25 000 dollars d’aujourd’hui !

 

[Yolande Gingras] : « Cette somme permettra à Henriette et ses filles d’emménager dans ce logement de la rue Notre-Dame où elle meurt 8 ans plus tard »
 

En 1960, un groupe de cinéastes et cinéphiles fonde le Festival international du film de Montréal ; le premier du genre au Québec!

 

[Anne-Marie Cadieux] : « Le Festival se déroulait ici, au Cinéma Loews. Ses fondateurs, parmi lesquels mon père Germain et mon parrain Fernand Cadieux, voulaient briser la censure religieuse et encourager la distribution d’un plus large éventail de films au Québec. »

 

Voilà, c’était l’histoire des Cadieux.