Le Québec, une histoire de famille | Le premier réseau social consacré à la généalogie au Québec!

Famille de la semaine

Gingras

Retour à la capsule

Script de la capsule



Bonjour, je m’appelle Pierre Gingras.

Et moi Martine Gingras.

Et moi Pierre Gingras.

Voici l’histoire de notre famille!

 

Dès leur arrivée en Nouvelle-France, au XVIIe siècle, les vendéens Sébastien et Charles Gingreau se font appeler tout simplement Gingras. Seul Charles est l’ancêtre des 9 500 Gingras du Québec aujourd’hui !

 

[Pierre Gingras] : « Mon ancêtre s’installe à Rivière-aux-Roches, sur la pointe Villeneuve dans la région immédiate de Québec. La terre ancestrale, elle, va rester dans la famille 300 ans, pour être cédée, en 1965, à l’Université Laval. »

 

Au cours du 18e siècle, les Compagnie du Nord-Ouest et de la Baie d’Hudson fusionnent. Coureurs des bois, pelletiers et voyageurs canadiens français peuplent l’ouest du pays. Les colons s’unissent aux amérindiennes et donnent naissance à un nouveau peuple : les Métis.

 

Un Gingras de Lanaudière est de ceux-là et s’installe à Rivière Rouge. Antoine, son fils, établit un important poste de traite de fourrures à St-Joseph et assure ainsi sa fortune. Il combat par la suite aux côtés de Louis Riel pour défendre les droits des métis ; une rébellion qui permettra la création du Manitoba en 1870.

 

En 1888, son petit-fils, Tony, rêve devant la toute nouvelle patinoire de Saint-Boniface. Le Hockey se répand tout juste dans l’ouest du pays. À 12 ans, il se taille son bâton de hockey dans un petit arbre et découpe sa rondelle dans une balle de crosse en caoutchouc.

 

En 1901, il remporte la Coupe Stanley face aux Shamrocks de Montréal. On dit que l'enthousiasme engendré à Montréal par ce joueur métis d'expression française a contribué à la création de l'équipe des Canadiens. On lui attribue également l'innovation d'un nouveau bâton de hockey plus moderne.

 

Au Québec, le charpentier de navire Jean-Élie lance ses propres chantiers navals à Québec. Époque faste pour la capitale du Bas-Canada dont les rives du Saint-Laurent produiront plus de 1 500 bateaux entre 1800 et 1850 !

 

Voilà, c’était l’histoire des Gingras!