Le Québec, une histoire de famille | Le premier réseau social consacré à la généalogie au Québec!

Famille de la semaine

Groulx

Retour à la capsule

Généalogie

Généalogie des Groulx

 

L’origine du nom Groulx et sa fréquence au Québec

Le nom de famille Groulx est une forme québécoise de Grou et de Groult. Il s’agit d’une forme contractée des patronymes Giroult et Géroult, fréquents en Normandie. Leur origine vient du germanique Guerwulf (gari = lance et wulf = loup). Quant au patronyme Guéroult, également germanique et répandu en Normandie, il vient de Warwald qui réfère au nom d’une personne (war = protection et waldan = gouverner).

Un seul pionnier introduit le nom de Groulx en Nouvelle France. Il s’agit de Jean Guéroult, originaire de Rouen en Normandie. Il épousera Marie-Anne Goguet à Montréal le 22 novembre 1671. Tous les Groulx du Québec descendent donc de ce pionnier dont les ancêtres protestants sont établis à Rouen depuis le XVIe siècle.

En 1800, les patronymes Grou et Groulx se retrouvent à 274 fréquences dans les registres paroissiaux du Québec. Aujourd’hui, les Groulx se classent au 496e rang avec 2 900 porteurs du patronyme. En France, on recense moins de 200 Grou, quelque 230 Groult et environ 1800 Guéroult, surtout en Normandie. Aux États-Unis, les Groulx ont pris le nom de Groult et de Gruil.
 
Jean Guéroult ancêtre du chanoine Groulx

Jean Guéroult (Grou, puis Groulx au Canada) est né et a été baptisé au Temple calviniste de la ville de Rouen, le 21 septembre 1644, de l’union d’Étienne Guéroult et de Judith Lefer. Ses parents se sont mariés au même endroit le 27 octobre 1641. Son père est maître cordonnier dans la paroisse Saint-Maclou en 1640. Troisième enfant d’une fratrie de six, Jean Guéroult arrive comme engagé vers 1665. Aux recensements de 1666 et de 1667, il est domestique chez Pierre Pigeon à Montréal. En 1670, il reçoit une concession de terre à la Côte-Saint-François. En 1675, il s’établit sur une autre propriété de Rivière-des-Prairies.

Jean Grou (son nom en Nouvelle-France) épouse à Montréal, le 23 novembre 1671, Anne Goguet,  fille de Pierre Goguet et de Louise Garnier. Huit enfants naissent de cette union entre 1674 et 1689. Au recensement de 1681, Jean Grou possède 10 arpents de terre en valeur, quatre bêtes à cornes et un fusil. Il sera tué sur sa terre, le dimanche 2 juillet 1690, dans ce qui sera connu par la suite comme l’affaire de la coulée Grou.

Sa femme, Anne Goguet, épouse en secondes noces Jacques Desnoyers à la Pointe-aux-Trembles le 26 octobre 1693.

Le parc linéaire de la coulée Grou, situé à Pointe-aux-Trembles, rend hommage à Jean Grou.
 
Le chanoine Lionel Groulx

Lionel-Alphonse Groulx, prêtre catholique, historien, écrivain et nationaliste québécois, est né le 13 janvier 1878 à Chenaux (Vaudreuil-Dorion) de l’union de Léon Groulx et de Salomé-Philomène Pilon. Son père meurt la même année, laissant veuve Philomène Pilon, qui se remarie un an plus tard avec Guillaume Émond. La famille habite une ferme du rang des Chenaux à Vaudreuil. De 1884 à 1890, le jeune Groulx fréquente l'école des Frères Saint-Viateur, à Vaudreuil, avant d'entreprendre des études classiques au séminaire de Sainte-Thérèse-de-Blainville. En 1898, il reçoit la Médaille Chapleau décernée à l'étudiant le plus méritant. De 1900 à 1903, il étudie la théologie au Grand séminaire de Montréal et est en même temps professeur au collège de Valleyfield. Il est ordonné prêtre le 28 juin 1903.

Lionel Groulx, historien prolifique, a fondé l’Institut d’histoire de l’Amérique française en 1947. Véritable globe-trotter, Lionel Groulx enchaîne voyages et conférences. Ses fréquents déplacements en Europe se terminent en 1956 alors que la maladie le frappe. Durant sa longue carrière d'historien, de professeur et d'écrivain, de nombreux prix, médailles et honneurs lui sont attribués. En 1958, il commence la rédaction de ses Mémoires. Lionel Groulx a 80 ans. Il demeure un conférencier et un écrivain actif jusqu'au 23 mai 1967, jour de sa mort. On lui fait des obsèques d'État à l'église Notre-Dame de Montréal et cette journée est décrétée jour de deuil officiel au Québec. Il est inhumé à Vaudreuil le 27 mai. En hommage posthume, on imprime des timbres historiques à son effigie, un massif des Laurentides (Les Monts Groulx), le séminaire de Sainte-Thérèse, devenu cégep, où il a fait ses études, une avenue, une station de métro et une circonscription électorale de Montréal portent son nom. Plusieurs ouvrages lui ont été consacrés depuis son décès.
 
 
 

Recherche: Marcel Fournier

 
 

Sources bibliographiques sommaires


Base de données personnelle de Marcel Fournier sur les pionniers de la Nouvelle-France
Base de données du Programme de recherche en démographie historique de l’Université de Montréal (PRDH)
Base de données notariales Parchemin
Base de données d’Ancestry.ca
Base de données du Fichier Origine
Base de données de BMS 2000
La Mémoire du Québec de 1534 à nos jours de Jean Cournoyer
Les noms de famille au Québec de Louis Duchesne
L’annuaire des citoyens du Québec
Institut généalogique Drouin
Institut d’histoire de l’Amérique française
Fondation Lionel-Groulx

Commentaires

0

Vous devez être connecté pour inscrire un commentaire.

Connectez-vous