Le Québec, une histoire de famille | Le premier réseau social consacré à la généalogie au Québec!

Famille de la semaine

Landry

Retour à la capsule

Script de la capsule

 

Je  m’appelle Maxime Landry 

Je m’appelle Bernard Landry

Voici l’histoire de notre famille 

 

Au XVIIe siècle, Guillaume Landry arrive au Québec alors que René dit l’ainé et René dit le jeune s’installent en Acadie. 

 

En 1713, le Traité d’Utrecht oblige la France à céder une grande partie de l’Acadie à l’Angleterre. Pendant plus de 40 ans, les Acadiens refusent de prêter serment aux autorités britanniques.  

 

1755 : la France a remporté plusieurs victoires contre les Anglais en Amérique. L’Angleterre panique! Les Acadiens sont dès lors considérés comme traîtres à la Couronne! Les Anglais procèdent à l’une des premières grandes opérations de nettoyage ethnique de l’histoire moderne.  

 

Les Landry seront des 12 000 déportés acadiens.  

 

Des familles sont séparées et exilées par bateaux à des milliers de kilomètres de chez elles. Lâchées par le Roi de France qui refuse de payer les 50 000 “piastres”’ qui leur rendraient la liberté, les familles se débattent seules pour leur survie.   

 

[Maxime Landry] : Après deux années en Nouvelle-Angleterre, la famille du petit-fils de mon ancêtre René dit l’aîné réussit à s’échapper et trouve refuge au Québec. Ses descendants peupleront la Beauce. Dont moi ! 

 

La famille de Germain Landry, petit-fils de René dit le jeune, doit attendre, quant à elle, la signature du Traité de Paris, en 1763, pour s’installer dans Lanaudière.  

 

D’autres s’installeront durablement à Cap-Saint-Ignace.

 

[Jérôme Landry] : En 1771, Pierre Landry, un ancêtre, obtient un lot de terre. 8 générations plus tard, nous sommes toujours ici.  

 

Entré en politique, il y a plus de 40 ans, Bernard Landry a été ministre des gouvernements Lévesque, Parizeau et Bouchard avant de devenir premier ministre lui-même. On lui doit entre autres : les lois anti-pauvreté, la lutte contre le déséquilibre fiscal, la Paix des Braves avec les Cris de la Baie James et... la reconnaissance de la nation québécoise.  

 

Voilà, c’était l’histoire des Landry