Le Québec, une histoire de famille | Le premier réseau social consacré à la généalogie au Québec!

Famille de la semaine

Lavoie

Retour à la capsule

Généalogie

Généalogie des Lavoie



 

LAVOIE

 

Huitième nom le plus fréquent du Québec avec 35 000 porteurs, Lavoie réfère à quelqu’un vivant près de la route (la voie). Les premiers ancêtres utilisaient plutôt « de La Voye », mais cette forme a pratiquement disparu avec les générations.

 

DEUX SOUCHES

 

René de La Voye, originaire de Rouen
Fils de René et d'Isabelle Bélanger, on le baptise dans la paroisse St-Maclou de Rouen le 28 novembre 1628. Il arrive sans doute en Nouvelle-France en 1655. Le 19 avril 1656, il épouse à Québec Anne Godin, baptisée en 1639 dans le temple calviniste de La Rochelle. Elle est venue au pays avec ses parents, Élie Godin et Esther Ramage.

 

De l’union de René et Anne naissent cinq garçons et trois filles qui se sont tous mariés. Dès leur mariage, le couple s’établit à Sainte-Anne-du-Petit-Cap (devenu Ste-Anne-de-Beaupré) où il vivra toute sa vie. René travaille à l’érection de l’église de l’endroit à laquelle il contribuera régulièrement par la suite. Il meurt le 11 mars 1696. Sa femme l’avait précédé 18 ans plus tôt, un mois après avoir accouché de leur fils Joseph.

 

Des cinq garçons du couple, seul Joseph demeura au berceau de la famille, sur les terres fertiles de Sainte-Anne et de Saint-Joachim. Les autres essaimeront à Petite-Rivière-St-François et à Baie-St-Paul dans Charlevoix; et de l’autre côté du fleuve, à Cap-St-Ignace et à Rivière-Ouelle. Leurs huit enfants mariés mettront au monde 71 enfants, dont 50 se marieront.

 

Pierre, originaire d'Aytré, évêché de La Rochelle en Aunis
Né au tout début des années 1630, d’après ce qu’on peut voir dans les documents, c’est avec une femme et cinq enfants que Pierre de La Voye, fils de Pierre et d'Élisabeth Vadois, arrive en Nouvelle-France en 1666. Il avait en effet épousé Jacquette Grignon, fille de Pierre et de Simone Grisot, le 15 février 1649, dans l’église St-Étienne d’Aytré. Malheureusement, celle-ci mourra peu après leur arrivée, comme en témoigne son absence au recensement de Cap-Rouge en 1667. Trois filles et un garçon issus de leur mariage se marieront.

 

Veuf, Pierre signe un contrat de mariage le 21 octobre 1667 avec une fille du roi, Jeanne Burel, mais l'entente est annulée et Jeanne en épouse un autre quelques jours plus tard. Deux ans plus tard, l’homme récidive avec une autre fille du roi, Anne-Françoise Richard, mais elle aussi lui fera faux bond avec un autre deux semaines plus tard cette fois. Pierre arrive enfin à ses fins le 25 août 1670 à St-Augustin, en épousant Isabelle Loppé. De leur union naissent huit enfants, dont trois se marieront. Établi sur la Côte Saint-Ange à Saint-Augustin, il termine ses jours le 8 juillet 1708 (il était alors veuf de sa deuxième épouse depuis plus de 20 années).

 

Recherche: Bertrand Desjardins

 

 

Commentaires

3

Vous devez être connecté pour inscrire un commentaire.

Connectez-vous
  • Carmen Trottier

    Il y a 2 ans

    Bonjour
    Je cherche l'acte de mariage de William Lavoie (fils de Ferdinand et Alice Pleau)et Marie Bois.

  • RICHARD LAVOIE

    Il y a 7 ans

    Bonjour merci de nous faire connaitre nos ancêtres avec cette merveilleuse histoire du québec. J,aimerais faire mon arbres géanologique j'aurais besoin de votre aide merci

  • Ga Bob

    Il y a 7 ans

    La capsule sur les Lavoie fait état des 35 000 Lavoie du Québec. Je trouve cette affirmation un peu réductrice. Le défaut des recherches généalogiques patronymiques est que les descendants des femmes nées du couple fondateur ainsi que leurs descendant(e)s sont complètement ignoré(e)s.