Le Québec, une histoire de famille | Le premier réseau social consacré à la généalogie au Québec!

Famille de la semaine

Paquette - Paquet - Pasquier

Retour à la capsule

Généalogie

Généalogie des Paquette



À l’origine, en Nouvelle-France, les Paquet et Paquette étaient des Pasquier, comme nous le démontrent les registres anciens en lien avec cette famille. Ce n’est qu’au début du 18e siècle que ce nom s’est transformé au profit de Paquet ou Paquette. 

 

Dérivé du latin «pascuarium» et du verbe «paître», le patronyme Pasquier désigne un pâturage ou un droit de pâture. Plus répandu, Paquet (et sa variante Paquette) fait quant à lui référence à un porteur de fardeaux, de fagots. Il peut aussi être associé à Pâque, un nom de baptême fréquent Moyen-Âge. 

 

Dix-huit migrants ont porté le nom de Pasquier ou Paquet en Nouvelle-France. Parmi eux, 13 se sont mariés et, vraisemblablement, seulement 4 ont encore une descendance aujourd’hui. Comme la plupart étaient originaires du Poitou, il est probable que leurs lignées se rejoignent quelque part en France. 

 

Au Québec, on recensait 1681 Paquet en 1800. Aujourd’hui, les Paquet, Paquette et Pasquier arrivent au 17e rang, avec quelque 28 000 porteurs du nom. Mais les Pasquier sont nettement moins nombreux ici qu'en France où on en compte 19 500. En Nouvelle-Angleterre, beaucoup de Paquet sont devenus des Paguette. 

 

Les pionniers des Paquette, Paquet et Pasquier

 

Originaire de Valdivienne (autrefois Saint-Martin-de-la-Rivière) au Poitou, Philippe Pasquier voit le jour vers 1637. Fils d’Antoine Pasquier et Renée Foyart, il arrive en Nouvelle-France en 1664 où il travaillera comme maçon et cultivateur. Le 11 novembre de la même année, Robert Laberge lui vend une terre dans la paroisse Sainte-Famille, sur l’île d’Orléans. Prix de la transaction : 200 livres. 

 

Le 12 juin 1669, Philippe prend pour épouse Françoise Gobeille, née en 1656 à Niort, dans le Poitou-Charentes. Âgée d’environ 13 ans, la promise était arrivée en 1665 avec ses parents Jean Gobeille et Jeanne Guillet. Le couple Pasquier-Gobeille aura 10 enfants, nés sur l’île d’Orléans entre 1672 et 1696.  

 

Au fil du temps, les documents relèveront la présence de Philippe Pasquier sur la Côte de Beaupré (1666), comme cultivateur sur l’île d’Orléans, puis comme maçon (de 1682 à 1689). 

 

Le 5 mars 1707, il vend à son fils Jacques, pour 800 livres, une partie de sa propriété (portion de la terre, maison de colombage et étable de pierre). Comme son nom n’apparaît pas lors du mariage de son fils Jean, le 24 janvier 1708, on suppose qu’il a rendu l’âme dans les mois précédent cet événement. 

 

Isaac Pasquier dit Lavallée

 

Originaire de Montaigu, en Vendée, ce pionnier voit le jour en 1636. Fils de Mathurin Pasquier et Marie Frémillon, il s’engage dans le célèbre régiment de Carignan-Salières où il prend le surnom de Lavallée. Arrivé comme soldat de la compagnie La Motte, il débarque à Québec le 18 août 1665 à bord du navire L’Aigle-d’Or. Après le licenciement des troupes, en 1668, il fait le choix de demeurer en Nouvelle-France.

 

Le 23 avril 1669, Isaac loue une terre pour 7 ans des marguilliers de la paroisse de L’Ange-Gardien. Or, dès 1671, on le retrouve plutôt sur l’île d’Orléans avec son épouse Élizabeth Meunier, qu’il épouse à Château-Richer le 13 avril 1670. Âgée d’environ 14 ans (soit 20 ans de moins que son mari), celle-ci a vu le jour en Nouvelle-France le 17 février 1656, de l’union de Mathurin Meunier et Françoise Fafard. 

 

Entre 1671 et 1696, le couple Pasquier-Meunier verra naître 14 enfants. Au recensement de 1681, on chiffre les avoirs de la famille à 7 arpents de terre et 7 bêtes à corne. 

 

Isaac Pasquier dit Lavallée est inhumé sur l’île d’Orléans le 18 juin 1702. Selon les lignées, ses nombreux descendants opteront pour les patronymes Paquet ou Lavallée. L’un des plus célèbres d’entre eux, Calixa Lavallée, composera l’hymne national Ô Canada

 

Étienne Pasquier

 

Originaire de Dissay, dans le Poitou-Charentes, ce pionnier voit le jour vers 1621 de l’union du maître menuisier Étienne Pasquier et Jeanne Poussarde. Il met les pieds en Nouvelle-France en 1666 et devient jardinier. 

 

À Québec, le 6 novembre 1668, il unit sa destinée à Henriette Rousseau, fille de Jacques Rousseau et Jeanne Arnoult, née vers 1648 à Saint-Germain-en-Laye. Arrivée comme fille du Roy en 1668, elle mettra au monde 3 enfants. 

 

Après le mariage, le couple s’établit à Charlesbourg. En 1681, on chiffre les avoirs de la famille à 6 arpents de terre. 

 

Étienne Pasquier décède avant le 24 juin 1690. Lui et son épouse comptent encore des descendants aujourd’hui.

 

Émery (Méry) Pasquier

 

Fils d’Annet Pasquier et Marguerite Genest, ce pionnier reçoit le premier sacrement le 28 mars 1614, à l’église Saint-Jean-Baptiste de Poitiers. Toujours à Poitiers, il épouse Vincente Rat-Beaumont le 25 octobre 1637, à l’église Saint-Hilaire-de-la-Celle. C’est dans cette paroisse que seront baptisés 4 de leurs enfants (Maurice, Pierre, Marie et Louis). Les 3 autres (Marguerite, François et René) recevront leur baptême dans la paroisse Saint-Paul. 

 

Le 20 novembre 1658, Vincente s’éteint, laissant dans le deuil Méry (ou Émery) et leurs 7 enfants. Celui-ci épouse en secondes noces Renée Gallocheau, veuve de Jacques Forget, le 29 juillet 1659. La famille vit du métier de maître sergetier que Méry a hérité de son père. 

 

En 1667, le couple Pasquier-Gallocheau prend une grande décision: s’établir en Nouvelle-France. Le recensement de 1667 le situe à Charlesbourg. Trois enfants issus du premier mariage de Méry feront aussi le voyage: Maurice, René et Marguerite. Les autres demeureront en France.  

 

En 1675, le pionnier lègue sa terre à son fils Maurice, à la condition qu’il accepte d’avoir soin de lui et de sa belle-mère jusqu’à leur dernier souffle. Méry s’éteint en 1680. Ses fils Maurice et René laisseront une importante descendance dans la région de Québec. 

 

 

Recherche : Marcel Fournier

 

 

Sources bibliographiques:

 

Fichier Origine

 

Base de données du Programme de recherche en démographie historique de l’Université de Montréal (PRDH)

 

Base de données de l’Institut généalogique Drouin

 

Base de données notariales Parchemin

 

Les noms de famille au Québec de Louis Duchesne

 

Dictionnaire des ancêtres québécois de Michel Langlois

 

Carignan-Salières, 1665-1668 de Michel Langlois

 
 
 
 

Commentaires

6

Vous devez être connecté pour inscrire un commentaire.

Connectez-vous
  • Olivier Paquet

    Il y a 4 ans

    tres intéressant de savoir ce que mon ancetre Isaac a fait et pour information je suis son descendant en ligne droite

  • Michel Andreoli

    Il y a 6 ans

    Michel Andreoli correctif: Renée Guillocheau non Gallocheau
    SOURCES
    Généalogie Française Amérique du Nord, Denis Beauregard
    GUILLOCHEAU, Renée (.. & .. [118794]),née Poitiers (Vienne : 860194), France,décédée avant 1679-02-05 Bourg-Royal à Charlesbourg (Qc), marié vers 1635 Jacques FORGET, à Poitiers (Vienne : 860194), France 1659 Émery PASQUIER ou PAQUET
    http://www.francogene.com/quebec--genealogy/118/118794.php
    FORGET, Jacques (..); * mariée vers 1635, de Poitiers (Vienne : 860194), France, GUILLOCHEAU, Renée (.. & .. [118794]), née Poitiers (Vienne : 860194), France, died before 1679-02-05 Bourg-Royal à Charlesbourg (Qc)
    1) Françoise, née vers 1636 (sép. 1703) Poitiers (Saint-Paul) (Vienne : 860194), France, décédée 1703-01-27, buried Hôtel-Dieu de Québec (Qc), épouse Poitiers (Vienne : 860194), France 1659 Maurice PAQUET
    Bibliographie : Origine des émigrants du département de la Vienne
    http://www.francogene.com/quebec--genealogy/016/016094.php
    PASQUIER ou PAQUET, Émery (Annet & Marguerite GENET [118774]), baptisé 1614-03-18 Poitiers (Saint-Jean-Baptiste) (Vienne : 860194), France, décéde entre 1679-10-16 and census 1681 Bourg-Royal à Charlesbourg (Qc); * épouse 1659 Poitiers (Vienne : 860194), France, marriage contract 1659-09-27 (depositary .. Berthonneau (Poitiers)), GUILLOCHEAU, Renée (.. & .. [118794]), née Poitiers (Vienne : 860194), France,décédée avant 1679-02-05 Bourg-Royal à Charlesbourg (Qc)
    Bibliographie : Mémoires (Société généalogique canadienne-française)
    http://www.francogene.com/quebec--genealogy/118/118773.php


    Passenger and Immigration Lists Index, 1500s-1900s Index des listes des passagers et d’immigration, des années 1500 aux années 1900
    à propos de Renee Guillocheau Forget Paquet
    Nom : Renee Guillocheau Forget Paquet
    Année:1667
    Lieu: Quebec (Ville de Québec), Canada
    Membres de famille: With sister; Father Emery; Brother Maurice; Niece Jeanne; Brother Rene; Stepmother Renee Guillocheau Forget
    Code de publication source: 4514.3
    Immigrant principal: Paquet, Marguerite
    Annotation :
    Orphans in France, Pioneers in Canada: The King's Daughters in the 17th Century. Part 2: Biographical List of the King's Daughters. Most are date and port of arrival; a few are date and place of first mention of residence in the New World. This book is am
    Bibliographie source :
    LANDRY, YVES. Orphelines en France, pionnieres au Canada: Les Filles du roi au XVIIe siecle. Montreal: Lemeac Editeur, 1992. 438p. Part 2: Repertoire Biographique Des Filles Du Roi, pp. 265-379. Numéro de page: 353

  • Karine Paquette

    Il y a 6 ans

    Bonjour! Moi je suis Karine Paquette, fille d'Yvon Paquette.. Mon grand-père était Alphonse Paquette et marié à Virginie Parent.. Mes grand-parents sont nés en Beauce..

  • Karine Paquette

    Il y a 6 ans

    Bonjour! Moi je suis Karine Paquette, fille d'Yvon Paquette.. Mon grand-père était Alphonse Paquette et marié à Virginie Parent.. Mes grand-parents sont nés en Beauce..

  • Karine Paquette

    Il y a 6 ans

    Bonjour! Moi je suis Karine Paquette, fille d'Yvon Paquette.. Mon grand-père était Alphonse Paquette et marié à Virginie Parent.. Mes grand-parents sont nés en Beauce..

  • Karine Paquette

    Il y a 6 ans

    Bonjour! Moi je suis Karine Paquette, fille d'Yvon Paquette.. Mon grand-père était Alphonse Paquette et marié à Virginie Parent.. Mes grand-parents sont nés en Beauce..