Le Québec, une histoire de famille | Le premier réseau social consacré à la généalogie au Québec!

Famille de la semaine

St-Pierre

Retour à la capsule

Généalogie

Généalogie St-Pierre



Au 32e rang des patronymes les plus répandus au Québec, le nom St-Pierre a été introduit chez nous par 36 pionniers. Si Pierre de St-Pierre est à l’origine d’une grande partie des descendants, plusieurs autres portaient avant tout le patronyme en guise de surnom, par exemple Pierre Perreault dit St-Pierre ou Pierre Boucher dit St-Pierre. Cet ajout faisait référence au nom de leur saint patron.

D’autres descendants adopteront quant à eux le nom de Dessaint qu’on retrouvera sous plusieurs orthographes différentes (Dexin, DeXain, Decin) compte tenu de l’illettrisme de nombreux colons.

Si St-Pierre est aujourd’hui le patronyme religieux le plus porté au Québec, en revanche, on le retrouve très peu en France. On dénombre moins de 1000 St-Pierre dans l’Hexagone.

 

LE PIONNIER PIERRE DE ST-PIERRE

 

La route du principal ancêtre des Saint-Pierre de la Nouvelle-France commence à Rouen, en Haute-Normandie. C’est dans la défunte paroisse Saint-Étienne-des-Tonneliers que Pierre de Saint-Pierre reçoit son baptême, le 26 avril 1643. Ses parents, Michel de Saint-Pierre et Françoise Engrand, s’y étaient aussi mariés en 1634. Pierre aurait été adopté par son parrain après le décès de ses parents, voilà pourquoi on le situe parfois à Saint-Martin-du-Pont, une paroisse voisine, dont l’église n’est plus qu’un souvenir (comme celle de Saint-Étienne-des-Tonneliers, d’ailleurs).

 

On ignore le nom du bateau sur lequel il a traversé et aussi la date exacte de son arrivée au pays. Toutefois, un document du Conseil souverain prouve qu’il est ici en 1664. Le pionnier travaille d’abord pour le marchand Claude Charron de la Barre, dans la Basse-Ville de Québec, puis il s’engage comme domestique et aide fermier de Charles Cloutier, moyennant le versement de 80 livres par année. Il aidera ce dernier à faire fructifier sa concession de 16 arpents de terre à Château-Richer. Quinze ans après la fin de son contrat d’engagement, Pierre de Saint-Pierre célèbre enfin son mariage. La cérémonie prend place dans l’église de Sainte-Famille de l’île d’Orléans, le 24 avril 1679. Native de l’endroit, la promise Marie Gerbert, fille de Mathurin Gerbert dit Lafontaine et Élisabeth Targer, n’a que 16 ans, soit plus de 20 années de moins que son époux.

 

Avant la naissance de leur premier-né, Pierre et Marie migrent vers la rive sud du Saint-Laurent, sur la Côte du Sud, dans la Grande Anse des Aulnaies. Pas moins de 15 enfants y verront le jour (8 filles et 7 garçons), dont seulement 2 n’atteindront pas l’âge adulte. Étrangement, le seigneur de l’endroit, Nicolas Juchereau, n’habitera jamais sa seigneurie. Pendant 15 ans, seules 2 familles vivront sur les lieux et y cultiveront le sol: celles de Pierre de Saint-Pierre et celle de son ami Jean Pelletier. L’endroit correspond aujourd’hui à la municipalité de Saint-Roch-des-Aulnaies, dans le Bas-Saint-Laurent (près de La Pocatière), région où vit aujourd’hui 10% des Saint-Pierre du Québec.

 

Le pionnier Pierre de Saint-Pierre s’éteint le 4 janvier 1726 à l’âge de 82 ans. Son épouse lui survit plus de 20 ans, rendant l’âme à Saint-Roch-des-Aulnaies, le 11 juin 1746. Leurs descendants migreront en amont et en aval de la Côte-du-Sud, grossissant les rangs des agriculteurs des villages avoisinants de Kamouraska, La Pocatière et Saint-Jean-Port-Joli. Ils créeront aussi des industries florissantes dans la région. On les retrouve aujourd’hui partout en Amérique.

 

LE SURNOM ST-PIERRE

 

Les registres anciens permettent d’avancer qu’au moins 36 pionniers de patronymes différents ajoutaient Saint-Pierre comme surnom après leur nom de famille. On trouvait par exemple des Dupuis dit Saint-Pierre, des Boucher dit Saint-Pierre, des Petit dit Saint-Pierre... Le Saint-Pierre ainsi ajouté reprenait souvent le propre prénom de son porteur, honorant du même coup son saint patron (ex.: Pierre Perreault dit Saint-Pierre). Il devenait alors plus aisé de différencier plusieurs personnes portant le même nom. Beaucoup de descendants de Pierre de Saint-Pierre ont aussi, dès la 2e génération, «abrégé» leur nom de famille, ne conservant que Dessaint (pour «de Saint-Pierre») comme patronyme principal ou comme surnom. Mais cette variante, présente notamment dans la région d’Ottawa, ne s’est pas imposée puisque la proportion de Dessaint est aujourd’hui minime au Québec. 

 

PERSONNALITÉS

 

Éric St-Pierre, fondateur de Mira et ancienne vedette de la chanson
 

Georges St-Pierre, champion du monde des mi-moyens de l’UFC, né à St-Isidore, le 19 mai 1981

 

Kim St-Pierre, gardienne de but de l’équipe nationale féminine de hockey, née à Châteauguay le 14 décembre 1978. Récipiendaire de 3 médailles d’or olympiques.

 

Raymond St-Pierre, journaliste né à St-Hyacinthe.

 

Julie St-Pierre, animatrice et chanteuse, née à St-Hyacinthe en 1986.

 

Ingrid St-Pierre, auteure-compositrice-interprète, née à Cabano en 1985.

 
 

* À noter que la conceptrice de mode Marie St-Pierre s’appelle en réalité Marie-Josée Charest.


 

Recherche : Gisèle Monarque
 
 

Commentaires

1

Vous devez être connecté pour inscrire un commentaire.

Connectez-vous