Bernier | Le Québec, une histoire de famille

Mur (activités récentes)

lequebecunehistoiredefamille.com/communaute/bernier

Vous devez être connecté pour inscrire un commentaire.

Connectez-vous
  • Luc Bernier

    Il y a 1 mois

    http://lecapitainebernier.com/Pages/Presentation.html

  • Kim Torres

    Il y a 2 mois

    Salut, moi j'ai jamais connue mon père biologique qui s'appelais Serge Bernier.. On m'aurait dis qu'il était maigre, qu'il souffrait d'attaques cardiaques, qu'il avait déjà travailler a bombardier, qu'il étais chauve, qu'il avait déjà habité au boulevard Gouin à Montréal, il avait une collection de petits parfums, qu'il a déjà voyager au Japon, il avait les yeux bruns... Sa fait 17 ans que moi et ma mère on le cherche... (J'ai 18 ans) J'ai un peux plus d'informations sur lui, mais j'ai jamais réussi a le retrouver.. Et puis même si techniquement il me doit une pention alimentaire, j'en ai rien a foutre de l'argent, je veux juste avoir au moin une image de lui et lui parler au moin un petit 30 minutes.. Si sa vous dis quelque chose vous pouvez me contacter au email: mik4u@hotmail.com De: Kimberley Kim Torres Wicttorff

    Ah et puis juste pour préciser: Même si ma mère ne m'a pas appeler "Kimberley Kim Bernier", je pense que je fais partie de l'arbre généalogique de la famille "Bernier".

  • Pauline Bernier

    Il y a 2 mois

    J'ai la genealogie des Bernier jusqu'a mon pere aurele bernier marie a blanche harrisdon et fils de jules bernier et de alphonsine gagnon j'aimerais apprendre et connaitre les freres et soeurs et leurs enfants de ma famille. Pouvez vous m'aider ou me dire ce que je eu faire Merci

    • Kim Torres

      Il y a 2 mois

      Ah et puis juste pour préciser: Même si ma mère ne m'a pas appeler "Kimberley Kim Bernier", je pense que je fais partie de l'arbre généalogique de la famille "Bernier"

    • Kim Torres

      Il y a 2 mois

      Salut, moi j'ai jamais connue mon père biologique qui s'appelais Serge Bernier.. On m'aurait dis qu'il était maigre, qu'il souffrait d'attaques cardiaques, qu'il avait déjà travailler a bombardier, qu'il étais chauve, qu'il avait déjà habité au boulevard Gouin à Montréal, il avait une collection de petits parfums, qu'il a déjà voyager au Japon, il avait les yeux bruns... Sa fait 17 ans que moi et ma mère on le cherche... (J'ai 18 ans) J'ai un peux plus d'informations sur lui, mais j'ai jamais réussi a le retrouver.. Et puis même si techniquement il me doit une pention alimentaire, j'en ai rien a foutre de l'argent, je veux juste avoir au moin une image de lui et lui parler au moin un petit 30 minutes.. Si sa vous dis quelque chose vous pouvez me contacter au email: mik4u@hotmail.com De: Kimberley Kim Torres Wicttorff

    • Pauline Bernier

      Il y a 2 mois

      Merci Serge ..

    • Serge Bernier

      Il y a 2 mois

      En tant que membre (comme vous), je peux seulement vous donner les noms d'au moins 2 enfants de Jules: Antoine Bernier, marié à Lucie-Lucine Filion à Matane rue St-Jérôme et l'autre enfant: Marie-Alphéda Bernier. C'est au moins un petit départ! Voilà.

    • Pauline Bernier

      Il y a 2 mois

      C'est blanche harrisson et non harrisdon. Excuser mon erreurs. Merci

  • Pierre Desmarais

    Il y a 3 mois

    Je cherche les parents et grands parent de Michel Esdras Bernier Notaire à St-Hyacinthe, Député libéral sous Laurier

    • Pierre Desmarais

      Il y a 3 mois

      Merci M. cartier pour l'aide dans cette recherche.

    • Pierre-Yves CARTIER

      Il y a 3 mois

      Re bonjour Louis BERNIER x Marie-Victoire LEBREUX 12 jan 1790 Cap-Saint-Ignace // Louis BERNIER x Marie-Louise FOURNIER 3 fév 1766 Cap-Saint-Ignace // Barthélemy BERNIER x Charlotte PETIT 18 oct 1731 Québec // Philippe BERNIER x Ursule CARON 30 oct 1701 Sainte-Anne-de-Beaupré // Jacques BERNIER JEANDEPARIS né vers 1635 Paris(St-Germain-l'Auxerrois)1er ar.,(Paris),France x Antoinette GRENIER 23 jul 1656 Québec // Yves BERNIER x Michelle TREVILET // Pierre-Yves Cartier Généalogiste - Le Québec, une histoire de famille

    • Pierre-Yves CARTIER

      Il y a 3 mois

      Bonjour Michel Esdras Bernier né 27 bapt 28 sept 1841 à St-Hyacinthe(Notre-Dame-du-Rosaire) fils Etienne Bernier cultivateur et Julie Lussier de cette paroisse.Parrain Pierre Brouillet Marraine Martine Lussier.// Etienne Bernier vf Appoline Ballard x Julie Lussier (Joseph x Juliette Chasseur) 30 mai 1837 St-Hyacinthe(Notre-Dame-du-Rosaire // Etienne Bernier (Louis x Victoire Lebrun) x Appoline Balard (ve Michel Lussier) 6 fév. 1827 St-Hyacinthe(Notre-Dame-du-Rosaire // Pierre-Yves Cartier Généalogiste - Le Québec, une histoire de famille

  • Nathalie Toutant-bernier

    Il y a 4 mois

    BONJOUR, JE SUIS NATHALIE TOUTANT-BERNIER FILLE D'ALFRED BERNIER ET LISETTE TOUTANT
    GRAND-MERE PATERNELLE ANASTESIE REEVES ,GRAND-PERE PATERNELLE ? J'AI 2 ONCLES JEAN-MARC,ET TOUSSAINT DECEDE EN 2010, J'AI AUSSI 3 TANTE DONT JE NE CONNAIS PAS LES NOMS
    JE VOUDRAIS APPRENDRE A CONNAITRE LE RESTE DE MA FAMILLE PATERNELLE JE DIT LE RESTE PARCE QUE MON PERE EST DECEDE,SON FRERE TOUSSAINT AINSI QUE MA GRAND-MAMAN AUSSI PIS BEN MON GRAND-PAPA QUE JE N'AI JAMAIS EU LA CHANCE DE CONNAITRE DONC SI VOUS POUVEZ M'AIDER JE SERAIS TRES CONTENTE MERCI

    • nathalie toutant-bernier

      Il y a 3 mois

      JAI FINALLEMENT RETROUVER LE NOM DE DEUX DE MES TANTE : JACQUELINE ET GEATANE IL NE MANQUE QUE UNE ET DES COUSINS ET COUSINES

    • nathalie toutant-bernier

      Il y a 3 mois

      BONJOUR MONSIEUR CARTIER JE VOUDRAIS FAIRE MON ARBRE GÉNÉALOGIQUE PARCE QUE JE CROIS QUE APRES MES GRAND PARENT PATERNELLE IL N'Y A PLUS RIEN JE NE TROUVE AUCUNE INFORMATION SUR MES ONCLES ET MES TANTES JE VOUDRAIS SAVOIR SI VOUS POUVEZ M AIDER OU MÊME JUSTE ME DIRE COMMENT FAIRE MERCI BEAUCOUP A VOUS ET BONNE JOURNÉE ET JOYEUSE FÊTE

    • nathalie toutant-bernier

      Il y a 4 mois

      MERCI A VOUS DEUX!!! OUI JE SAIS QUE MON GRAND PAPA ETAIT ONIAS ET MA GRAND MÈRE ETAIT ANASTESIE MAIS CE QUE JE RECHERCHE C LE RESTE DE MA FAMILLE DONT MES TANTE ET MES COUSINS ET COUSINES MAIS IL ME MANQUE( LES NOMS ) MERCI

    • Maithe Boutin

      Il y a 4 mois

      Voici son histoire Nathalie ** Jacques Bernier dit Jean de Paris Ancêtre des Bernier d'Amérique -------------------------------------------------------------------------------- Le patronyme Bernier serait de racine germanique : «bern» et «hari» signifieraient «ours» et «armée». On raconte qu'un serviteur qui gardait des chiens destinés à la chasse aux ours portait ce nom. Plusieurs vinrent au pays. Cependant, le premier arrivé fut Jacques Bernier, qu'on surnommait Jean de Paris ; probablement à cause du fait qu'il était natif de Paris. En effet, en 1635, le fils d'Yves Bernier et de Michelle Trevilet (Treuillet) voyait le jour. Il se disait de la paroisse de St-Germain-l'Auxerrois, sur la rive droite de la Seine, au coeur de la métropole actuelle. On retrace pour la première fois, l'ancêtre Jacques Bernier, le 3 mars 1653, à Québec. Il venait servir de témoin à un mariage. Trois ans plus tard, il prenait pour épouse, Antoinette Grenier, une parisienne. Elle était la fille de Claude et de Catherine (nom omis). Par la suite, ils se fixèrent à l'Île d'Orléans, nom de la bourgade des Hurons. À partir de 1659, il se voyait concéder peu à peu des terres. C'est ainsi que Jacques, en dix ans environ, devient un important propriétaire terrien. Au recensement de 1667, il possédait 25 arpents de terre en culture et 8 bêtes à cornes; il avait trois domestiques à son service. Vers 1674, il se déposséda de tous ses biens et partit pour le Cap-Saint-Ignace. Trois ans plus tard, l'homme d'affaires avait déjà repris sa vitesse de croisière. Comme les Bernier furent les premiers à se fixer au Cap-Saint-Ignace, leur résidence servira de chapelle aux missionnaires jusqu'à ce qu'en 1683 on bâtisse la première chapelle publique. Entre 1657 et 1678, les Bernier engendrèrent onze enfants qui à leur tour laissèrent soixante-quatorze descendants à la troisième génération. Les Bernier du Cap-Saint-Ignace se dispersèrent partout dans le pays et même au-delà. L'aïeul terminait ses jours le 20 juillet 1713. Il fut inhumé au cimetière du Cap-Saint-Ignace, à l'âge respectable de 80 ans. Sa compagne de vie, Antoinette Grenier, l'avait précédé une année auparavant, soit le 17 février 1712. Source: Le Centre de généalogie francophone d'Amérique // Marie

    • Pierre-Yves CARTIER

      Il y a 4 mois

      Bonsoir Onias BERNIER x Anastasie REEVES 19 sep 1939 Rivière-au-Renard // Onias BERNIER x Rose LEMIEUX 12 oct 1914 Cap-aux-Os Jean-Baptiste BERNIER x Marie Aurélie SYNOTT 3 mai 1886 Cap-des-Rosiers // François-Marcel BERNIER x Apoline THIBAULT 6 jul 1841 Cap-Saint-Ignace // Marcel BERNIER x Françoise DELADURANTAYE 4 aoû 1812 Cap-Saint-Ignace // Alexandre BERNIER x Louise MIGNEAULT LABRIE 31 mai 1779 Cap-Saint-Ignace // Pierre BERNIER x Marie-Louise GUIMOND 17 jan 1742 Cap-Saint-Ignace // Charles BERNIER x Anne LEMIEUX 25 oct 1694 Cap-Saint-Ignace Jacques BERNIER JEANDEPARIS né vers 1635 Paris(St-Germain-l'Auxerrois),(Paris),France x Antoinette GRENIER née vers 1637 Paris(St-Laurent),(Paris),France marié 23 jul 1656 Québec // Yves BERNIER x Michelle TREVILET // Pierre-Yves Cartier Généalogiste - Le Québec, une histoire de famille

    • Maithe Boutin

      Il y a 4 mois

      Anasrasie Reeves fille de Michel et Marie Louise Riffou) est mariée a Onias Bernier fils de Onias, et de Rose Lemieux le 19/09/1939 1939-09-19 St-Martin,Rivière-au-Renard,Gaspé // Marie

  • Jean-François Bernier

    Il y a 4 mois

    Bonjour, mon arrière grand-père était Aimé Bernier (Germaine Darveau), fils d'Edmond Bernier (Olympe Archambault), fils de Napoléon Bernier (Élise Choquet), fils d'hubert Bernier (Mathilde Lussier), fils de Jacques Bernier (Thérèse Beaudoin), etc., tous de la région de Saint-Hyacinthe. Je recherche des personnes qui me sont reliées et qui aurait des photos/archives/anecdotes à leur propos :) Merci!

  • Lynda Bernier

    Il y a 5 mois

    Bonjour, je suis à la recherche des parents de Léopold Bernier marié à Marie-Jeanne Chagnion parent de 7 enfants, Jeannine, Robert,Rollande,Maurice,Noél,Denis,Rolland.Ils ont vécu sur une ferme à Saint-Valerien de Milton.

    • Maithe Boutin

      Il y a 5 mois

      Bonjour = Leopold Bernier 22 ans (Joseph,Elisa Guyon) marié a Marie Jeanne Chagnon 20 ans (Eugene,Marie Rose Cordeau) le 20/06/1933 St-Valerien,St-Valérien-de-Milton,Shefford * Leopold Bernier est décédé le 27/03/1978 agé de 67 ans,marié..lieu de résidence St-Hyacinthe * // Marie

  • Marie-josée Chapdelaine

    Il y a 7 mois

    bonjour mon conjoint Eric Thivierge cherche ses parents biologique, voici les détails:
    Lieu de naissance: Miséricorde, Montréal
    Date: 28 octobre 1968
    Nom fictif: Éric Bernier
    Père: Marié et il a 4 enfants, voyageur de commerce, Bas du fleuve
    Mère: Célibataire, infirmière, lac St-Jean

    Merci de m'aider

  • Marie-josée Chapdelaine

    Il y a 7 mois

    Je cherche un M.Bernier habitant le bas du fleuve qui était voyageur de commerce dans les années 1968. Merci

    • Maithe Boutin

      Il y a 5 mois

      Avez vous le nom des enfants ? // Marie

    • marie-josée chapdelaine

      Il y a 7 mois

      Je nais aucune idée du nom de son épouse. je sais seulement quand 1968 il était voyageur de commerce et qu'il avait à ce moment 4 enfants.

    • Maithe Boutin

      Il y a 7 mois

      Y a aussi un Marcel Bernier avec épouse Cecile , un fils Daniel a Lo ngueuil en 1972 aussi voyageur de commerce // Marie

    • Maithe Boutin

      Il y a 7 mois

      J'ai un Gaston Bernier, voyageur de commerce au 465 rue Nicolet dans Gatineau en 1965....avec une MMe Bernier // Marie

    • Maithe Boutin

      Il y a 7 mois

      Avait-il une épouse ce M,Bernier ? // Marie

  • Marie-josée Chapdelaine

    Il y a 7 mois

    Je cherche un M.Bernier habitant le bas du fleuve qui était voyageur de commerce dans les années 1968. Merci

  • Pascale Bernier

    Il y a 9 mois

    Léopold Bernier est mon grand-père. Il a marié Thérèse Vanier. Les deux ont déménagés au centre ville de Montreal et ensemble on eu quatre enfants: Richard, Daniel, Diane et Gilles Bernier. Léopold est décédé du cancer du côlon en 1959 et de même pour sa femme,Thérèse, en 1991. Les petits enfants du cote Bernier consistent de Sylvain, Louis-Philippe, Samuel, Julie, Mathieu, Marie-Ève, Caroline, Francis, Pascale et Marc-Antoine Bernier.

    • Kim Torres

      Il y a 2 mois

      Il y aurais t'il un Serge Bernier dans ton entourage?

    • marie-josée chapdelaine

      Il y a 7 mois

      Bonjour, je cherche un M.Bernier habitant le bas du fleuve qui était voyageur de commerce dans les années 1968 et il avait 4 enfants.

  • Dave Bernier

    Il y a 10 mois

    Bernier en germanic peu aussi dire. Ber =guerrier

  • Lyne Martin

    Il y a 11 mois

    Bonjour j aimerais avoir les noms des freres et soeur de ma grand mere Anna Bernier elle etait marié avec Emilien Trepanier

    • Maithe Boutin

      Il y a 11 mois

      J'ai des freres de Anna * Alcide Bernier marié a Simone Cote le 08/07/1931 La Visitation-de-la-B-Vierge-Marie,La Visitation-de-Yamaska == Alcide marié a Rosilda Charest le 12/03/1942 N-D-de-Lourdes,N-D-de-Ham,Wolfe == Edouard marié a Beatrice Saint-Pierre le 07/04/1947 St-Coeur-de-Marie,Quebec == et une sœur,,Laura mariée a Charles Boucher le 04/11/1940 Notre-Dame,Quebec // Marie

    • Maithe Boutin

      Il y a 11 mois

      Bonjour Pour la date complete du mariage de Emilien Trepanier (Louis,Marie Jeanne Bergeron) marié a Anna Bernier (Etienne,Sylvia Poisson) le 02/09/1939 a l'endroit cité par mme Tetreault // Marie

    • renee tetreault

      Il y a 11 mois

      Anna ma Emilien Trepanier 1939 St Elisabeth Wawick ses parents etaient Etienne Bernier et Sylvia Poisson lesenfants de ce couple Antoine. Steven, Orise,Anna,Laura, Antoinette Edouard et Marie Marthe voir contribution sur rootsweb world connect wc.rootsweb.ancestry.ca

  • Joëlle Grondin

    Il y a 11 mois

    J'aimerais savoir qui est le pionnier de cette famille Bernier; Pierre (24-09-1636 - 01-12-1693)de Niort, Poitou, France ou André (03-03-1670 ou 24-07-1663 - 28-09-1729) de St-André, Niort, Poitou, France? avant que je décide si elle me concerne aussi. Serait-il arrivé au Québec vers 1691?

    • Maithe Boutin

      Il y a 11 mois

      Maintenant tout dépend de votre ligneé a savoir quel est le pionnier de VOTRE famille....Pierre vient de Jacques cité plus bas !// Marie

    • Maithe Boutin

      Il y a 11 mois

      Jacques Bernier dit Jean de Paris Ancêtre des Bernier d'Amérique -------------------------------------------------------------------------------- Le patronyme Bernier serait de racine germanique : «bern» et «hari» signifieraient «ours» et «armée». On raconte qu'un serviteur qui gardait des chiens destinés à la chasse aux ours portait ce nom. Plusieurs vinrent au pays. Cependant, le premier arrivé fut Jacques Bernier, qu'on surnommait Jean de Paris ; probablement à cause du fait qu'il était natif de Paris. En effet, en 1635, le fils d'Yves Bernier et de Michelle Trevilet (Treuillet) voyait le jour. Il se disait de la paroisse de St-Germain-l'Auxerrois, sur la rive droite de la Seine, au coeur de la métropole actuelle. On retrace pour la première fois, l'ancêtre Jacques Bernier, le 3 mars 1653, à Québec. Il venait servir de témoin à un mariage. Trois ans plus tard, il prenait pour épouse, Antoinette Grenier, une parisienne. Elle était la fille de Claude et de Catherine (nom omis). Par la suite, ils se fixèrent à l'Île d'Orléans, nom de la bourgade des Hurons. À partir de 1659, il se voyait concéder peu à peu des terres. C'est ainsi que Jacques, en dix ans environ, devient un important propriétaire terrien. Au recensement de 1667, il possédait 25 arpents de terre en culture et 8 bêtes à cornes; il avait trois domestiques à son service. Vers 1674, il se déposséda de tous ses biens et partit pour le Cap-Saint-Ignace. Trois ans plus tard, l'homme d'affaires avait déjà repris sa vitesse de croisière. Comme les Bernier furent les premiers à se fixer au Cap-Saint-Ignace, leur résidence servira de chapelle aux missionnaires jusqu'à ce qu'en 1683 on bâtisse la première chapelle publique. Entre 1657 et 1678, les Bernier engendrèrent onze enfants qui à leur tour laissèrent soixante-quatorze descendants à la troisième génération. Les Bernier du Cap-Saint-Ignace se dispersèrent partout dans le pays et même au-delà. L'aïeul terminait ses jours le 20 juillet 1713. Il fut inhumé au cimetière du Cap-Saint-Ignace, à l'âge respectable de 80 ans. Sa compagne de vie, Antoinette Grenier, l'avait précédé une année auparavant, soit le 17 février 1712. Source: Le Centre de généalogie francophone d'Amérique // Marie

  • Lyne Martin

    Il y a 11 mois

    Bonjour je cherche le nom des freres et soeurs de ma Grand Mere Anna Bernier , mon Grand Pere se nommait Emilien Trepanier . Merci

    • Lyne Martin

      Il y a 11 mois

      Les enfants que vous avez trouvée sont les freres et soeurs de ma mere et non les freres et soeurs de ma grand mere

    • Maithe Boutin

      Il y a 11 mois

      Bonjour== Emilien Trepanier (Louis,Marie Jeanne Bergeron) & Anna Bernier (Etienne,Sylvia Poisson) le 02/09/1939 Ste-Élisabeth-de-Warwick ..les enfants que j'ai* Rejean avec Suzanne Thibault = Yvon avec Jeannette Marion = Claudette avec Denis Martin = Fleurette avec Roger Thibault = Lucie avec Leon Gagne // marie

  • Joane Lacroix

    Il y a 1 an

    Bonjour,je porte le nom de Lacroix, et je recherche une certaine Marie-Agnès Bernier mariée à Zoël Lacroix, le 12 Février 1877, à Kingsey.Il était cultivateur à St-Félix de Kingsey.Merci pour la création du site.Très intéressant de pouvoir échanger nos connaissances.Joane

    • Maithe Boutin

      Il y a 1 an

      Y a erreur sur les parents de Marie Agnes Bernier mis par Mme Tetreault. Marie Agnes Bernier sur son acte de mariage avec Zoel Lacroix est dit fille de Edouard Bernier et Julienne Cyr.** Source : acte de Ancestry et BMS2000// marie

    • Maithe Boutin

      Il y a 1 an

      oupsss désolée vous aviez cette date...meme question que Mme Tetreault, vous cherchez quoi au juste ?// Marie

    • Maithe Boutin

      Il y a 1 an

      Le mariage mis par Mme Tetreault (Lacroix & Bernier) a eu lieu le 12/02/1877 St-Félix de Kingsey,Drummond // Marie

    • renee tetreault

      Il y a 1 an

      Zoel Lacroix etait fils de Charles et Julie Lefebvre-Descoteaux Agnes etait fille de Joseph et Elmire Caillier tu cherceh quoi????

  • Jeanne Brouillette

    Il y a 1 an

    Bonjour je ne porte peut-être pas le nom ''Bernier'' mais j'en suis une descendante, mon arrière grand-mère, Léa Bernier, marié à Joseph-Clement Lavoie, et je voudrais en savoir plus sur ma famille merci.

    • Maithe Boutin

      Il y a 1 an

      Bonjour Joseph lavoie (Andre,Louise Leblanc) & Lea Bernier (Onesime,Louise Jolicoeur) le 20/01/1920 Saint-Jean-L'Évangéliste,Nouvelle,Bonaventure // Marie

  • Marie-Michelle Bernier

    Il y a 1 an

    Quelqu'un connait Edouard Bernier marié à Claire Lacasse?

    • Maithe Boutin

      Il y a 1 an

      Moi j'ai Edouard Bernier veuf de Odelie Nolet marié a Claire Lacasse (Joseph,Delima Roy) le 22/09/1913 Ste-Claire,Dorchester...Edouard est fils de Elzeard Bernier et de Olymphe lemelin // Marie

    • Ginette St-Pierre

      Il y a 1 an

      Dans ma base de données, j'ai ces noms

  • Normand Bernier

    Il y a 1 an

    Bonjour
    Mon nom est Normand Bernier, né à St-Pie, prêtre retraité à St-Pie de Bagot.
    Mon père, Arthur Bernier, né à St-Pie en 1912, a épousé Thérèse Bernard.
    Mon grand-père, Henri Bernier, né à St-Pie en 1872, a épousé Laura Girouard.
    Mon arrière-grand-père, Edouard Bernier, de St-Pie, a épousé Sophie Blanchette.
    Mon ar-ar-grand-père, Jacques Bernier, de St-Hyacinthe, a épousé Thérèse Beaudoin.

    • Richard Gariépy

      Il y a 1 an

      Bonjour M. Bernier, Les Inouk de Granby de la LHJAAAQ vont honorer M. Richard Sévigny pour son passage avec les Vics de Granby junior A 1974-75 et nous aimerions vous inviter pour la cérémonie en compagnie d'autres anciens coéquipiers et entraîneurs. La cérémonie aura lieu avant le match des Inouk le vendredi 1er février à 19h45 au Centre sportif Léonard-Grondin. Revenez-moi à l'adresse courriel inoukhockey@hotmail.com dès que possible si cette invitation vous intéresse svp. merci et au plaisir de vous y rencontrer. Richard Gariépy Dir. promos/marketing des Inouk

  • Guy Bernier

    Il y a 1 an

    Bonjour mon nom est Guy Bernier et je suis né à Rouyn-Noranda. Mon père s'appelait Gaston et était né en 1936 et marié à Huguette Morin à Rouyn-Noranda en 1959.Mes grand-parents Rolland Bernier et Léonie Massicotte ce sont mariés à Rouyn-Noranda en 1931. Mes arrières grand-parents Joseph-Florido Bernier et Zéphyrine Lavoir ce sont mariés à l'Islet en 1900.

  • Nathalie Bolduc

    Il y a 1 an

    Bernadette Blais Marié a Jules Bernier fille de Théophile Blais et de Anna Bonneau

  • Nathalie Bolduc

    Il y a 1 an

    Je cherche la ligné de Marie-Marthe Bernier née le 17 février 1935,fille de Jules et de Bernadette Blais marié en 1925

    • Ginette St-Pierre

      Il y a 1 an

      J"ai la lignée des ancêtres Bernier je ne sais pas si c'est cela que tu veux

    • Nathalie Bolduc

      Il y a 1 an

      oui c'Est ca c'est le bon mais je n'ai plus de detail apres cela ma grand mere ne se rapelle plus les nom apres. merci de si vous pouvez m'aidé

    • Maithe Boutin

      Il y a 1 an

      Jules Bernier (Eugene,Adele Bernier) & Bernadette Blais (Theophile,Anna Bonneau) le 07/01/1925 St-François-de-Sales,St-François-de-la-Riv.-du-Sud,Montmagny // marie

  • Pierre Bernier

    Il y a 2 ans

    Enfant Naturel

    On pourrait croire que nos ancêtres qui avaient des familles nombreuses n'avaient pas beaucoup d'enfants Illégitimes. Mais qu'and on fait de la généalogie on se rend très vite compte que les naissances illégitimes à cette époque était plus fréquentes qu'on le pense. Je réfère les lecteurs au texte de Paul Genest dans l'ancêtre, vol17no5 page 163 et à celui de Marie-Aimée Cliche docteur en histoire, dans la revue d'histoire du Québec : Cap-aux-Diamants printemps 1990 page 59.

    Bien souvent les pères de fessaient pas de difficulté pour reconnaitre leurs enfants naturel, ils évitaient ainsi des procédures judiciaires et l'éclaboussure de leurs Réputations. J’imagine tout de même que ces faiblesses a du causer dans les familles un certain scandale et un remous surtout chez les épouses.

    Voici l'histoire d'une femme que les généalogiste on jugée comme mondaine.

    Marie-Anne Faye-Villfayan.

    Elle est née à Québec, le 30 juin 11678 à Saint-Claude de Charlesbourg, Fille de Pierre Faye-Villefegnan de l'évêché d’Angoulème et de Marie Chauvet de l'évêché de Xaintes, France, Marié à Jean Roche en 1705 mais auparavant elle avait eu quatre enfants avec quatre hommes différents:

    Marie-Jeanne Labbé née le 13 juillet 1694 à Charlesbourg, enfant naturel de Jean Labbé Marie-Anne Faye-Villefayan, elle se marie avec Jacques Racicot le 6 mai 1715 à Québec.

    Marie-Charlotte Danet née le 8 décembre 1696 à Québec, enfant naturel de Charles Danet et Marie-Anne Faye-Villefayan, elle se marie avec André Bergeron le 10 août 1713 à Neuville.

    Jeanne Jean née le 14 janvier 1700 à L'Ile-aux-Oies, enfant naturel de Pierre Jean et Marie-Anne Faye-Villefayan.

    Nicolas Bernier née le 2 mai 1701 à Cap St-Ignace, enfant naturel de Charles Bernier et Marie-Anne Faye-Villefayan, Il se marie avec Marguerite Galerneault le 8 mars 1733 à Ste-Foy.

    Inutile de se faire des dessins pour savoir qu'elle savait conquérir les hommes. Ses Mœurs étaient pour le moins douteuses. Dans sa famille, sa sœur ainée, Marie-Madeleine baptisée le 27 octobre 1675 à Québec, Marié à Nicolas Duchesne le 13 janvier 1722 à Québec, domestique chez Michel Sarrazin a aussi donné naissance à deux enfants hors mariage.

    Marie-Madeleine Faye-Villefayan née le 11 septembre 1708 à L' Ancienne Lorette, Père inconnu.

    Jacques Baron née le 3 octobre 1716 à Québec et décédé au même endroit le 10 juin 1718, enfant naturel de Jacques Baron et Marie-Madeleine Faye-Villefayan.

    Et enfin Une autre sœur Ainée baptisée le 22 mars 1671, à épousé Jean Gaillou en 1684 et elle a fait annuler son mariage le 10 janvier 1694 devant le notaire Chambalon.

    Ces renseignements sont fournis par René Jetté dans son Dictionnaire des Familles du Québec et Par Cyril Bernier

  • Pierre Bernier

    Il y a 2 ans

    Joseph Elzéar Bernier.

    Né à L' Islet le 1 janvier 1852, décédé à Lévis le 26 décembre 1934.

    Qui est cet Homme ?

    Joseph Elzéar Bernier est un de nos illustres navigateurs au long cours, un témoin de la tradition des grands voiliers.
    Capitaine à 17 ans, Il a parcouru toutes les mers du monde. Explorateur de l'univers du grand nord, Sa contribution à la souveraineté Canadienne dans l, Article est indéniable.



    Les États-Unis on Bird et Peary, L' Angleterre possède Franklin et Shakleton, la Norvège chante Amundsen et Nansen, ici au Canada nous avons Bernier.
    Qui est-il ce capitaine Bernier ? On le connaissait bien au début du siècle alors qu'il couvrait le pays de conférences et qu'il multipliait les appels pour réveiller l'apathie des Canadiens et attirer l'attention du gouvernement sur le grand nord, durant les années 1910-1930.

    Homme de caractère et d'une grande acuité de vision, Bernier disait: Entre la France, l' Angleterre, les États-Unis, la Norvège c'est en ce moment une véritable course à la découverte du pôle nord! Pourquoi se laisser damer le pion? Depuis des années, j'étudie la question, le passage du nord-ouest , je puis le tenter, même le réussir aussi bien que n'importe qui. Dans un avenir prochain, le nord deviendra un point stratégique pour le Canada. Pourquoi attendre que d'autres nations y plantent leur drapeau. Le Canada doit officiellement prendre possession des Iles de l'Archipel dont la Grande-Bretagne nous a fait don en 1880.

    Sept ans de travail acharné, vingt milles dollars de son argent personnel, de nombreuses démarches à Ottawa et même Londres, la récompense vint en 1904. Le Gauss, un navire Allemand qui avait servi pour une expédition dans l' Antarctique, lui est offert par le gouvernement Canadien. Il a atteint son but et commence une série de voyages au pôle nord, échelonnés sur une période de vingt-cinq années, sur le Gauss qu'il a rebaptisé L' ARCTIC.

    S'il y eût été un Anglais, écrivait Arthur woollacott en 1928, le capitaine serait aujourd'hui Sir Joseph Bernier, au même rang que Sir John Franklin, Sir John Ross, Sir Edward Parry dont les services ont été dignement reconnus par cette nation Britannique, toujours soucieuse d'honorer par des titres, la vaillance de ses héros.

    Mais dans le labyrinthe accidenté de l' Archipel du nord, on voit sur la carte, une échancrure en terre de Baffin: La Baie Bernier!

    Le nom d'un intrépide Canadien rejoint ainsi le souvenir des Franklin, Amundsen, Bird, Nansen, Nobile, Parry. Leurs ombres s'animent ensemble là-bas, dans les ondulations perpétuelles de la rafale et du temps.

    Surnommé l' Homme de Fer, sa carrière de navigateur compte soixante ans de vie en mer. A lui seul le capitaine Bernier commanda deux cent trente-sept navires et fit le tour du monde vingt-sept fois.

    En conclusions le capitaine Bernier avait une vision prémonitoire avec le réchauffement de la planète 75 ans après son décès l Arctique est devenus un endroit stratégique et toute les nations limitrophe lute pour la reconnaissance de leurs droit sur les richesse naturel et la route de l' Arctique.

    Extraits du livre : Bernier Capitaine à 17 ans, de Gilberte Tremblay chez Leméac 1959.
    Radio-Canada.ca
    Pierre Bernier

    • Normand Bernier

      Il y a 1 an

      Excellent! Très intéressant! Normand Bernier

  • Pierre Bernier

    Il y a 2 ans

    Coteau-du-Lac
    La ville ou mon grand père Edouard Bernier est né le 1 novembre 1894, fils de Alphonse Bernier et de Marie-Louise Larivière
    Lieu historique national, situé à près de 40 kilomètres au sud ouest de Montréal aux abords du Saint-Laurent.
    Déjà en 1626, les missionnaires allaient régulièrement en Huronie et passaient par Coteau-Du-Lac plutôt que par l’Outaouais pour s’y rendre.
    En 1779, le gouvernement Hadimand commanda la construction du premier canal à écluses en Amérique du Nord. Il s’en suivit la nécessité de protéger les nouvelles installations puis les personnes et les biens qui y transitaient. C’est là l’origine du Fort et d’une présence militaire qui durera jusqu’en 1856. L’endroit servit aussi à tenir un poste de Douanes pour contrôler le commerce entre le Bas et le Haut-Canada, puis les États-Unis. Ce passé lui a mérité d’être reconnu comme un site Historique National du Canada.
    Coteau –du-Lac faisait partie de la seigneurie de Soulanges, concédé en 1702. Ce domaine s’est déboisé en commençant par la Point-des-Cascades en remontant le fleuve. À partir de 1768, les colons affluèrent chez-nous si rapidement que, dès 1830, ont entrepris les démarches pour détacher des-Cèdres une paroisse incluant l’actuel territoire de St-Clet. Requête exaucée en 1832 ; la nouvelle entité se voyait octroyé le titre de Paroisse Saint-Ignace d’Antioche de Coteau-du-Lac. Les premiers actes au registre de l’état civil datent de 1833. Les premiers édifices communautaires suivirent de près. Les murs de l’église actuelle datent de 1854.

    Le lieu historique de Coteau-du-Lac, témoigne d’une histoire riche de plusieurs millénaires. En raison de sa position stratégique sur le fleuve, principale voie de pénétration du continent, le site tient un rôle majeur dans le développement du transport fluvial au pays. Lieu de passage fréquenté d’abord par les nomades amérindiens, Coteau-du-Lac devient une véritable voie d’évitement pour les autres voyageurs, français et Britaniques. Dès la fin du 18 siècle, on construit sur les lieux un canal à Écluse, premier ouvrage du genre en Amérique du Nord et ancêtre direct de la voie maritime du Saint-Laurent.
    Les rapides de Coteau-du-Lac étaient parmi les plus difficiles à franchir entre Montréal et les Grands Lacs. Elles se trouvaient surtout à proximité d’un poste devenu important sur cette route, avec ceux de Wellington (Prescott) et de Cornwall.
    La construction du canal débuta à l’été de 1779. On entreprit de percer ce qui était appelé (La péninsule de Coteau-du-Lac). Les travailleurs creusèrent le canal dans le roc à l’aide d’outils et de techniques rudimentaires. Tout le travail de construction du canal fut exécuté à la main, la terre de surface fut enlevée au pic et à la pelle, Le transport de la terre et des débris de pierre s’effectuait à la brouette et on utilisa de la poudre à canon pour faire éclater le sol rocheux. Ainsi fut construit le premier canal à écluse en Amérique.
    Par la suite entre mars 1891 et 1892, on procéda à l’expropriation partielle de quelques vingt terres qui avaient front sur le fleuve pour la construction de ce qui allait devenir le canal de Soulanges. Le morcellement des terres entraîna un bouleversement dans les titres de propriété plusieurs cultivateurs vendirent la partie sud de leur terre et s’établirent sur la rive nord du canal le long de, l’actuelle route 338. Les Nouveaux acquéreurs devinrent les premiers villégiateurs coteaulacois et devient surtout au cours des années 1940 un endroit très populaires pour les vacanciers et certaines riches familles montréalaises.
    Plusieurs coteaulacois louèrent leurs bras et parfois leurs bêtes de trait pour travailler au creusage du canal. Pendant les années de son exploitation de (1900 à 1952) plusieurs y trouvèrent à gagner le pain de leur famille à titre d’opérateurs de ponts, électriciens, ouvriers de maintenance et autres. Mon grand-père qui y est né en 1894 était sûrement trop jeune pour avoir participé à la construction mais il à certainement passé de bons moment dans sa jeunesse le long du canal, je le vois très bien regarder les bateaux passer dans le canal et rêver de voyage sur les océans du monde.
    La généalogie ce n’est pas seulement des dates, des noms, des mariages, c’est aussi l’histoire d’une famille, d’une région, d’un village et de tout ceux qui on fait le Québec d’aujourd’hui.
    Source : Ville de Coteau-du-lac
    Parcs Canada
    Société d’histoire de Coteau-du-Lac
    Pierre Bernier.

  • Pierre Bernier

    Il y a 2 ans


    Le Quartier où mon père est né.

    C'est au coins des rue Prince et Wellington dans le quartier Griffintown que mon père René Bernier est né le 12 janvier 1928, fils d’Édouard Bernier et Yvonne Lalumière.

    Baptisé le 15 janvier 1928 à l'église Sainte-Hélène coin Inspecteur et Saint-Maurice, le parrain et la marraine était René Bernier son Oncle et sa femme Marion Tyler une Irlandaise native du Griffintown. Tout ce qui subsiste de l'ancien noyau paroissial Sainte-Hélène qui comprenait une école et une église et qui fut détruite en 1971 est le Presbytères bien seule entouré de stationnement et terrain vague.

    Le quartier Griffintown est un ancien quartier ouvrier du sud-ouest de Montréal, il est situé entre les rues Notre-Dame au nord, McGill à l'ouest, Guy à l'est et le fleuve St-Laurent au sud. Il est important de mentionner que le quartier est séparé en deux, une partie dans l'arrondissement Sud-ouest et l'autre dans l'arrondissement Ville-Marie de Montréal.

    Le quartier a été peuplé par les Irlandais qui étaient arrivés au Canada, poussés par la grande famine de 1847. L.année précédente, un champignon a ravagé toutes leurs récoltes de patates, celle-ci moisissent dans les champs et ceux qui arrivent à en manger tombent malade du choléra. Deux millions d'Irlandais en meurent et 500,000 quittent l'Irlande.

    Ceux qui survivent au voyage dans les tombeaux flottants qui leurs servaient de bateau et à la quarantaine sur Grosse-Ile, s'installent près du port de Montréal. On y a besoin de main-d’œuvre bon marché, que ces immigrants sans le sous sont prêts à offrir. Ils s'entassent dans des logements de fortune, sans toilettes ou d'égouts et accepte des salaires de misère. En plus ils doivent subir les inondations du fleuve Saint-Laurent et des incendies régulièrement, dont celui de 1852 qui laisse 500 familles dans la rue.

    Ils ont fortement contribué à la construction du canal Lachine et du pont Victoria qu'ils s'occupèrent de 1854 à 1859 au total 3,000 personnes on travaillé à sa construction. C'est le Prince de Galles au nom de la Reine Victoria qui vint l'inaugurer en 1860, il était le premier lien de l'ile de Montréal à la terre ferme. Il était alors réservé au chemin de fer. C'était le plus long pont au monde et il fut une époque on il était considéré comme la huitième merveille du monde.

    Plusieurs ouvriers Irlandais travaillèrent au port, dans les usines ou à la construction du chemin de fer du Grand Trunk. Une bonne endurance physique et la tolérance à des journées de travail de quinze heures par jours étaient les principales exigences.

    La communauté Irlandaise se rassemblait à l'église Sainte-Anne coin des rue Wellington et Lamontagne démolie en 1970, maintenant un parc ou on peut y voir une photo de l'église à une époque glorieuse et des vestiges des ses fondations.

    En 2003, Richard Burman a réalisé un documentaire intitulé Ghosts of Griffintown. Il raconte l'histoire de Mary Gallagher, une prostituée brutalement tué le 26 juin 1879 au 242 rue William. Peut après son meurtre, sa résidence a été assiégé par des résidents de la communauté Irlandaise du Griffintown dérangés de ce qui est arrivé. Depuis tous les 7 ans des anciens du quartier ainsi que des curieux se regroupent au coin des rue William et Murray pour y voir son fantôme à la recherche de sa tête.

  • Pierre Bernier

    Il y a 2 ans

    Mackayville


    Voici l'histoire du quartier ou je suis née.

    Le quartier Laflèche ou Mackayville est maintenant un quartier de l'arrondissement de St-Hubert, dans la ville de Longueuil, Québec, Canada.

    Laflèche est un quartier populaire qui fut construit principalement entre 1930 et 1960. Au début du XXe siècle, le territoire faisait partie de la paroisse St-Antoine de Longueuil, mais s'en sépara et obtint le statut de ville en 1947. Connu alors sous le terme de St-Lambert Heights, on changea pour Mackayville du nom d'un notaire Montréalais qui en avait géré le développement dès les années 1920.

    À la suite de l'ouverture du pont Jacques-Cartier en 1930, et jumelé à l'usage croissant de l'automobile, plusieurs familles ouvrières de Montréal iront vivre sur la rive-sud et Mackayville prendra forme grâce à ce flux de population.

    Ce nouveau développement, à l'extrémité nord de la ville de St-Lambert, était cependant relié à Montréal dès novembre 1912 par une ligne de tramway utilisant le pont Victoria.

    C'était la compagnie Montréal&Southern Couties qui assurait le service et ce, jusqu'au démembrement du système en 1956. (C’est ce que mes parents appelaient les petits-Chars contrairement au train qu’ils appelaient le gros char.) L'un des arrêts le plus fréquenté était celui du Magasin général, à l'intersection des rues Grand-Allée et Boulevard Édouard. La bâtisse, qui fut transformée en dépanneur Perette, Existe toujours.

    La ville de Mackayville change de nom le 5 mars 1959 pour devenir Laflèche. À son tour, la cité de Laflèche est fusionnée à St-Hubert le 30 octobre 1971.

    Le quartier était connu sous le vocable du petit St-Henri de la rive-sud par les résidents de la banlieue sud de Montréal dans les années 1970. Le quartier était considéré par certains comme étant Rough. Longtemps objet de dérision pour ses rues en terre, c'est vers 1956 qu'un système d'égout est implanté et que les rues sont pavées.

    Le quartier Laflèche est réputé pour ses minuscules Maison fabriquées à l'aide de madriers goudronnés provenant de l'industrie ferroviaire. Une bonne partie des premiers résidents du quartier travaillaient aux usines du Canadien National à Pointe-St-Charles et ceux-ci pouvait y sortir de gros morceaux de bois une fois le moment de construire leurs maisons.

    Cependant la plus vielle maison du quartier demeure celle de la rue Duke construite à la fin du xv11e siècle, à l'^poque de la seigneurie de Longueuil.
    Pierre Bernier.

  • Pierre Bernier

    Il y a 2 ans

    Grand Chromosome

    On sait maintenant que les caractères héréditaires sont liés au chromosome que tout être vivant possède. On sait aussi que l'espèce humaine a, dans chacune de ses cellules, 23 paires de chromosome.

    Comme chaque parent ne transmet à sa progéniture qu'un élément de chacune des paires de ses chromosomes qu'il véhicule et qu'il y a similitude dans 22 des 23 paires de ses chromosomes,

    il n'est possible malheureusement de retracer, dans la descendance, Qu'un seul de ces chromosomes, soit L'Y. En effet, il est bien connu que le chromosome Y est l'apanage du sexe masculin. On sait aussi que le chromosome est transmit de père en fils, avec toutes ses caractéristiques morphologiques et génétiques.

    Au fil des ans, nous avons constaté que certains Québécois avaient un chromosome Y différent de la moyenne des gens, mais constant dans un même groupe patronymique et que ces différences, parfois minimes, variaient d'un groupe à l'autre.

    Seulement quatre familles au Québec sot porteuses d'un grand chromosome Y soit celles de Jacques Bernier dit Jean de Paris, Nicolas Roy, Antoine Rouillard et les Gautereau qui descendent de Gilles et Jean, tous deux fils de Jehan Gautereau.

    Dans un monde où la mentalité et le mode de vie sociale et familiale enlèvent beaucoup de valeur au patronyme, une étude chromosomique peut permettre une identification réelle.

    Au cours d'une étude généalogique, une recherche des caractéristiques morphologiques du chromosome Y peut primer celle du patronyme pour identifier positivement les membres masculins d'une ligné familiale.

    Malheureusement, la technique ne peut s'appliquer qu'à un petit nombre d'individus porteurs d'un chromosome Y marqueur, Soit 1% environ, mais elle leur fournit une preuve indiscutable de leur capacité.

    Donc, les descendants masculins de Jacques Bernier, Nicolas Roy, Antoine Rouillard et Gautereau on la chance d'avoir le chromosome Y pour faire la preuve de leur lignée familiale.

    Extrait d'une conférence présentée devant les membres de la Société de généalogie de Québec, sur une étude de lignées familiales.

    Pierre Bernier

  • Pierre Bernier

    Il y a 2 ans

    St-Pierre de la Pointe aux Esquimaux
    (Havre St-Pierre)
    C’est dans ce village de la côte nord que mon arrière grand père Alphonse Bernier est né le 20 août 1864, fils d’Amable Bernier Voyageur et Pêcheur et de Marie Gagné originaire du Cap-Saint-Ignace. Quand Alphonse nait le couple est à la Pointe-Aux-Esquimaux depuis peut de temps puisque ils sont encore au Cap-Saint-Ignace au mois de mars 1863 au décès d’un de leurs enfants. Même si une chapelle y est érigée depuis 1859 il n’y a aucun service religieux permanent et c’est A. Pelletier missionnaire Oblat qui officie la cérémonie du baptême pratiquement un an plus tard le 6 août 1865.
    Malheureusement mon ancêtre Alphonse Bernier na pas vécu longtemps à la Pointe-Aux-Esquimaux puisque sa mère Marie Gagné meurt le 15 juin 1867et qu’après les funérailles le 9 juillet 1867 son père Amable Bernier décide de s’installer à Montréal. Il y travail comme journalier et il se remarie avec Marie Barette le 14 octobre 1872 à l’église Notre-Dame de Montréal.
    Le village de la Pointe aux Esquimaux fut fondé en juin 1857, par un groupe d'acadiens venant des Îles de la Madeleine qui émigrèrent è cet endroit de St-Pierre et Miquelon où ils s'étaient réfugiés après la déportation de 1755.
    Ce groupe comprenait six familles dont le capitaine Firmin Boudreau, son fils Nathael, ses beaux-frères Louis Cormier, François Petitpas, son gendre Benjamin Landry et Joseph Boudreau (Madoise), La Mariner ». Ils étaient environ 30 personnes à bord lorsqu'ils sont venus s'établir à la "Pointe-aux-Esquimaux", alors qu'ils rencontraient des difficultés aux Iles. C'est la raison pour laquelle les habitants de cette municipalité sont de descendance Accadienne et parlent un dialecte différent des villages environnants, qui s'apparente beaucoup au Français Acadiens.
    Le 29 juin 1857 ils avaient la visite du Rvd Père Charles Arnaud Missionnaire Oblat qui desservait la mission Montagnaise de Mingan. Il célébra la Ste-Messe et mit cette nouvelle fondation sous la protection de St-Pierre et St-Paul. Il bénit une croix qu'il fit érigée à l'endroit où devait être construite la future église, une chapelle fut érigée sur ce lieu en 1859.En octobre de la même année cinqu autres familles des Îles de la Madeleine vinrent se joindre à eux. Le Capt Christophe Vigneault (Christophe fut le premier qui émigra de l'Île Alright tous les autres venaient de l'Île aux Meules) accompagné de Xavier Cormier, Jean Cormier, Prosper Cyr.
    L'érection du village de la Pointe aux Esquimaux en paroisse civile eut lieu le 24 décembre 1872, Statuts de Québec 36 Victoria, sanctionnée le 24 décembre 1872, Acte pour l'érection civile des paroisses de Saint-Pierre de la Pointe aux Esquimaux et de Saint Ubald Comté de Portneuf. Le nom de la paroisse St-Pierre de la Pointe aux Esquimaux fut changé en celui de Havre St-Pierre le premier mai 1924, en l'honneur du patron des pêcheurs St-Pierre.
    Attirés par ces moyens faciles de subvenir aux besoins de leur existence, plusieurs autres Madelinots vinrent les rejoindre

    1858 - Amédée Vigneault, Xavier Cormier, Jean Cormier, Dominique Cormier, Placide Doyle, John Doyle, Hippolyte Cormier, Joseph Boudreau, Hippolyte Arseneault Frédéric Jomphe, Vital Vigneault, Samuel Doyle, Jude Poirier

    1859 - John Jomphe

    1860 - Urbain Bourgeois, Joseph Muldoon, Benjamin Cyr, Joseph Longueépée, Jean Baptiste Richard, Charles Cyr
    1861 - Julien Boudreau, Cyrille Cyr, John Boudreau, Xavier Arseneault, Gabriel Cormier, Onésime Turbis, Frédéric Cormier

    1863 - Fabien Arseneault, Gracien Cyr

    1864 - Fidèle Desjardins, Francis Gallienne

    1867 - Michel Chiasson, Hippolyte Richard


    ________________________________________
    En plus des gens venus des Îles de la Madeleine, plusieurs familles Canadiennes vinrent grossir la population de la Pointe aux Esquimaux.

    1858 - Charles Lebrun, William Lebrun

    1859 - Placide Collard

    1860 - André Blais, Adolphe Fournier, Théophile Allard, Mathias Roberge

    1861 - William Briand, Ambroise Goulette

    1862 - Pierre Prévéreault, Napoléon Lachance, Alexandre Hawkins

    1863 - Hubert Costin, Amable Bernier

    1865 - Alexis Scherrer, Lin Barriault

    1874 - Philippe Flowers

    1875 - Georges Picard

    1876 - François Dupuis, Philippe Dupuis

    1877 - André Bourque

    1897 - Achille Hould


    Au milieu du XXe siècle, une nouvelle industrie s'est développée lorsque des mines de titane ont été découvertes à 45 km au nord de la ville. Cette industrie a pris beaucoup d'expansion et l'exploitation du titane est aujourd'hui l'activité économique principale de Havre-Saint-Pierre. Les habitants du village disent même que les pattes du module lunaire d'Apollo 11 ont été construites avec du titane provenant de leur région. Selon le recensement de 2006, la population de Havre-Saint-Pierre est de 3150 personnes.
    Le tourisme est aussi une activité économique importante, plusieurs compagnies offrant des visites guidées des nombreuses îles de l'archipel de Mingan. La ville est aussi reconnue pour sa pêche du crabe des neiges, des moules, des pétoncles et du homard. La ville possède aussi le plus important centre hospitalier à l'est de Sept-Îles.
    Havre-Saint-Pierre est le port d'accès du Parc national de l'Archipel-de-Mingan.
    Sources :
    : Wikipédia www.wikipedia.org/
    : Texte de Dominique Cormier extrait du livre souvenir «Sous le vent de la mémoire», préparé pour le 125ième anniversaire de fondation de la municipalité Havre-Saint-Pierre en 1982.
    : Pierre Bernier

  • Nicole Castonguay

    Il y a 2 ans

    Bonjour je recherche les parents à "Émilia Bergone"(née 1871 ou 1873)
    mariée (vers 1895) avec Elzéar Bernier (Parents : Bruno Bernier & Hermine Bégin)
    enfants du couple ;
    ■Marguerite Bernier
    ◦Émile Bernier
    ◦Lauréat Bernier 1897
    ◦Marie-Jeanne Bernier 1900
    ◦Bernadette Bernier 1901
    ◦Herménégilde Bernier 1903
    ◦Germaine Bernier 1905
    ◦Adrienne Bernier 1907
    ◦Simone Bernier 1909
    ◦Henri Bernier 1911

    • christel bernier-jenkins

      Il y a 2 ans

      mon ariere grand-pere s'appellait Émile bernier de lévis il était mariée a juliette vachon je me demande s'ily a un lien

    • Maithe Boutin

      Il y a 2 ans

      BOnjour====== Avec les dates ) Elzear Bernier (Bruno,Hermine Begin) & Emilia Bargone (Ambroise,Henriette Bernard) le 25/02/1895 St-Joseph-de-Lauzon,Levis, ============ Si vous voulez plus d’aide concernant vos recherches, sur Google faites ‘’ Forum d’entraide généalogique du Quebec ‘’ Forumactif .. et je pourrai régulierement vous aider ainsi que plusieurs de ce site ! j’y suis Assistante /// Marie

    • Ginette St-Pierre

      Il y a 2 ans

      Bonjour Nicole Les parents d'Elzéar Bernier sont: Bruno Bernier et Hermine bÉGIN ET CEUX d'Émilia sont:Ambroise Bergone et Henriette Bernard

  • Barbara Veilleux

    Il y a 2 ans

    Ma grand-mère paternel est Gertrude Pelletier et sa mère est ELMIRE BERNIER qui était marié à Jean pelletier. Mon grand-père paternel est René Veilleux et sa mère est NATHALIE BERNIER qui était marié à Isidore Veilleux

  • Marcel Bernier

    Il y a 2 ans

    QUI EST JACQUES BERNIER? ( Texte et recherche de Pierre Bernier )



    Jacques Bernier est né et a été baptisé à Saint-Germain-l'Auxerrois, à Paris, le 16 novembre 1633, fils d'Yves Bernier et de Michelle Treuillet. Ces derniers se sont mariés à la même paroisse en 1631. Ils ont donné naissance à un autre fils nommé Juchereau Bernier. Yves Bernier, père de Jacques, était procureur (aujourd'hui, juge ou avocat) au Parlement de Paris. Parmi les ancêtres de cette prestigieuse famille d'hommes d'état, on retrouve des noms nobles célèbres comme: François Bernier, né en 1487, Seigneur de la Tour, marié à Jeanne de la Cour en 1515; Mathurin Bernier, Seigneur de Boisset, marié à Françoise Breton en 1576; Pierre Bernier, écuyer, marié à Marie de La Roche-Beaucourt en 1641 et un autre Pierre Bernier, aussi procureur au Parlement de Paris, inscrit à l'Armorial le 23 juillet 1700.



    Cette hiérarchie d'ancêtres laisse deviner sans aucun doute que Jacques Bernier a hérité d'une éducation et d'une instruction privilégiées avant de venir en Nouvelle-France. Si cet homme prestigieux, doué d'une telle intelligence, eut demeuré en son pays, il serait devenu véritablement une célébrité dans le monde professionnel et libéral.



    Par déductions logiques, dues aux événements et relations privilégiées du nouvel arrivant, on peut affirmer que Jacques Bernier fit son entrée au Canada au soir du 13 octobre 1651, avec son protecteur et tuteur le Gouverneur de Québec, Jean De Lauson, à bord du bateau «Le Saint-Joseph» (350 t) dirigé par le Capitaine Jean Boucher. (Eric Fortier signale, sur internet «Planète Québec», que trois bateaux venant de France, sont arrivés le même jour: Le Saint-Joseph, La Vierge et Le Passemoy. Jacques avait alors 18 ans: bien jeune pour s'expatrier. Jean De Lauzon était fonctionnaire au Parlement de Paris. Il connaissait bien la famille Bernier et le potentiel humain de son protégé. Jacques Bernier, mettant le pied sur le sol de la Nouvelle-France, apportait son aristocratie, son érudition, qui lui permettront de se hausser au-dessus de la classe moyenne de ses compatriotes.







    Jacques Bernier s'est marié solennellement au Palais du Gouverneur de Québec, le 23 juillet 1656 avec Antoinette Grenier, de Saint-Laurent de Paris. Il avait 23 ans. Un auteur a cité que c'est l'un des seuls mariages qui fut célébré au Château du Gouverneur, avec le curé Jérôme Lalemant qui s'est déplacé avec son rituel coutumier, sans aucune publication officielle des bans de mariage, et le fidèle Denis Ruette d'Auteuil qui a fait le voyage avec Jean de Lauzon et Jacques Bernier. Ils ont été tous les deux témoins au mariage. Signe évident de la considération très spéciale envers ce fils de notable.



    Dès son arrivée en Nouvelle-France, il fut confié à une personne de très haut prestige: la Damoiselle Éléonore De Grandmaison, épouse de Jacques Gourdeau, Sieur de Beaulieu dans la seigneurie de la Renardière. Ce domaine était situé sur la pointe sud-ouest de l'Ile d'Orléans en face de Québec.



    On devine que l'arrivée d'un homme instruit, débrouillard et avec une notoriété célèbre est perçue comme un apport important dans la nouvelle colonie. Jacques Bernier sait lire, compter et écrire. On a eu recours à sa science dans plusieurs domaines: Le 18 février 1679 il réalise l'arpentage de la terre de Michel Isabel, au Cap-Saint-Ignace, et fait l'inventaire de ses biens, discipline réservée alors aux seuls notaires accrédités pour une telle fonction légale.



    Les historiens que j'ai cités ci-dessus ont souvent fait mention de son implication sociale dans la communauté du Cap-Saint-Ignace. Il possédait un bateau pour faire le commerce, un magasin général où tous les paroissiens se regroupaient pour s'approvisionner. Les cérémonies liturgiques se célébraient dans sa maison. Mgr de Laval y est allé à plusieurs reprises pour les confirmations. La paroisse fut érigée canoniquement le 30 octobre 1678.

  • Pierre Bernier

    Il y a 2 ans

    Un de mes ancêtres François-Marcel Bernier a été député du comté du Devon ( aujourd'hui L'Islet Montmagny ) de 1796 à 1814. Il était dans le partis Canadien qui quelque année plus tard deviendras le partis des patriotes. Seigneur de la Pointe au Foin au Cap St-Ignace née le 20 octobre 1753 décédée le 7 juin 1823 il maria sa parente Ursule Bernier le 28 janvier 1772 au Cap St-Ignace.

    • Pierre Bernier

      Il y a 2 ans

      Mon Grand-Père s'appelait Octave et venait de L'Islet-Montmagny

    • Jean-Charles Bernier

      Il y a 2 ans

      J'ai le même ancètre. J'ai acheté l'an dernier la maison à mon grand-père à St-Jean-Port-Joli. Cette maison aurai été construite par les Dutrembles-dit- Desrosiers vers 1780. François-Marcel Bernier fils à épouser Véronique Dutremble en 1795 et en 1804 les Beaux-parents de François-Marcel lui lèguèrent la terre et la dite maison.Je suis la septième génération de Bernier à habiter cette maison. Vive les Bernier !

  • Famille Bernier

    Il y a 2 ans

    Ajout d'une photo: Saint-Germain-l'Auxerrois, Paris ( 2007 )

  • Marcel Bernier

    Il y a 2 ans

    Jacques Bernier est né et a été baptisé à Saint-Germain-l'Auxerrois, à Paris, le 16 novembre 1633

  • Il y a 2 ans

    La famille Bernier a été créée.

Suivre cette famille

Vous êtes parent avec cette famille ? Ou simplement intéressé ?

suivez cette famille
64
membres suivent cette famille

En vedette

Voyez la capsule de la
famille de la semaine

Visionnez
la capsule

Situez votre famille dans l’histoire du Québec

Suggérez des contenus

Suggérez des photos, documents, articles, événements et lieux à l'administrateur de cette famille

Envoyez des
suggestions

Administrateur

Cette famille est administrée par :