Le premier couple Delisle; un coup de foudre | Le Québec, une histoire de famille

Articles

< Tous les articles

Le premier couple Delisle; un coup de foudre

Louis, fils de Charles de L'Isle et de Marguerite Petit, fut baptisé le 11 avril 1645 à Dompierre-en-Bray arrondissement de Dieppe dans le diocèse de Rouen en Normandie. Il est considéré comme l'un des pionniers et fondateurs de Dombourg, qui était alors une mission de la paroisse Notre-Dame de Québec. Les actes de baptême de ses premiers enfants sont donc inscrits dans les registres de cette paroisse. En 1680, Jean-François Bourdon vend sa seigneurie de Dombourg à Nicolas Dupont, sieur de Neuville. Dombourg devient Neuville pour un temps avant de prendre le nom de Pointe-aux-Trembles, pour revenir éventuellement à celui de Neuville, petite ville au bord du fleuve, à une vingtaine de kilomètres à l'est de Québec. Son épouse, Louise Desgranges, une «fille du Roy », est originaire de St-Brice-sous-Forêt, arrondissement de Montmorency, archevêché de Paris. Née en 1648, elle est fille de feu Denis et de Marguerite Jouanne. Arrivée en Nouvelle-France en 1669, elle apporte avec elle des biens estimés à 50 livres et un don du roi de 50 autres livres. Les registres nous apprennent que Louis et Louise avaient tous les deux passé des contrats de mariage chez le notaire Duquet, lui avec Marie Petit, elle avec Robert Senat. Est-il permis de croire qu'ils se seraient rencontrés à cette occasion? Peut-on penser qu'il y aurait eu coup de foudre? Ce qui est certain, c'est qu'ils ont tous deux fait annuler leurs contrats respectifs le même jour (29 septembre 1669) et en ont signé un nouveau, toujours chez le notaire Duquet, dès le lendemain. Ils se marient à Québec deux semaines plus tard, le 15 octobre 1669. Des dix enfants qui naissent de cette union, six atteignent l'âge adulte et ont une nombreuse descendance que l'on retrouve particulièrement à Neuville, les Écureuils, Cap Santé, Deschambault, en Beauce et dans l'Outaouais. Seulement deux des fils de Louis assurent la survie du nom Delisle: Antoine qui a sept garçons alors que son frère Jean-Baptiste en a six. Au recensement de 1681, l'ancêtre déclare un fusil, sept bêtes à cornes et vingt arpents en valeur sur une terre acquise en 1669. C'est plus qu'un arpent en moyenne par année que Louis Delisle met en valeur, ce qui permet de l'inclure dans la classe des vaillants défricheurs. Louis Delisle meurt à l'âge de 48 ans à l'Hôtel-Dieu de Québec le 10 septembre 1693. Son acte de sépulture n'existe pas; il fut certainement inhumé dans le cimetière des pauvres, dont le terrain avait été donné aux hospitalières de Québec. Louise est enterrée à Neuville le 11 novembre 1721, à l'âge de 73 ans.

Commentaires

0

Vous devez être connecté pour inscrire un commentaire.

Connectez-vous

En vedette

Voyez la capsule de la
famille de la semaine

Visionnez
la capsule

Situez votre famille dans l’histoire du Québec

Suggérez des contenus

Suggérez des photos, documents, articles, événements et lieux à l'administrateur de cette famille

Envoyez des
suggestions

Administrateur

Cette famille est administrée par :