QHF Pionniers | Le Québec, une histoire de famille

Les pionniers

Richard Marin (1 640-1 715)

Grangeon Marie-Madeleine

Né dans l'arrondissement de Rouen (Normandie), se marie avec M.-Madeleine Grangeon à Québec en 1669. On le retrouve à Grondines en 1681.
Marin Richard est né à Authieux, en banlieue de Rouen, en Normandie. Cependant, si vous cherchez sur une carte assez détaillée, vous trouverez deux Authieux autour de Rouen. On connaît donc sa région d’origine mais pas son village. Quant à la date de sa naissance, on peut spéculer qu’il serait né vers 1640, puisqu’au recensement de 1681, il affirme avoir 41 ans. Une autre source le fait naître vers 1655 mais cela impliquerait qu’il se soit marié à 14 ans et qu’il soit devenu censitaire à l’âge tendre de 12 ans! En effet, dans l’histoire de la seigneurie de Champlain, près de Trois-Rivières, on peut lire qu’il s’est fait concéder une terre le dernier jour de février 1667 (contrat passé devant le notaire Ameau).
C’est deux ans plus tard, le 21 octobre 1669, à Québec, qu’il épouse Marie-Madeleine Grangeon. Originaire de la Champagne, Marie-Madeleine était fille de nobles. Ses parents, Philippe Grangeon et Claude d’Argentière habitaient Saint-Laurent, évêché de Troyes.

Richard Guillaume (dit Lafleur) (1 641-1 690)

Tessier Agnès (1 659-1 733)


De Saint-Léger (Saintonge), se marie avec Agnès Tessier à Montréal en 1675. Il est sergent de la garnison de milice à Pointe-aux-Trembles. Le 2 juillet 1690, il est tué dans un combat contre les Iroquois.
Guillaume Richard dit Lafleur s’embarquait donc à La Rochelle toute proche pour traverser l’océan, débarquer à Québec et se rendre à Montréal afin de défendre cette ville consacrée à la Vierge Marie. On sait qu’en 1664, il était au pays et qu’en 1674, il figurait au nombre des sergents de la garnison de Montréal.
Guillaume Richard troqua donc l’infanterie pour la milice, il passa devant le notaire Basset en compagnie d’Agnès Tessier afin d’officialiser leur union et il se dirigea du côté de Pointe-aux-Trembles. En 1681, on apprend qu’il est maréchal 9probablement maréchal-ferrant et il gagne sa vie à chausser les chevaux), qu’il a trois enfants, une fille et deux garçons. Guillaume, semble-t-il, est toujours resté d’une façon ou d’une autre au service de la communauté à laquelle il appartenait. Il est marguiller, il est aussi lieutenant de milice. Ses activités ne l’ont pas empêché, lui et Agnès, de donner le jour à au moins huit ou neuf enfants dont Urbain, le plus jeune, qui n’eut pas vraiment le temps de connaître son père.
C’est le 2 juillet 1690 que le lieutenant de milice Guillaume Richard livra son dernier combat. Avec une trentaine de compagnons, il fut tué en tentant de tenir tête à une centaine d’Iroquois qui attaquèrent Pointe-aux-Trembles à la hauteur de la Coulée Grou, un lieu situé tout au bout du boulevard Gouain. Il fut enterré en vitesse parce qu’on avait peur du retour des Iroquois et ce n’est que quatre ans plus tard, le 2 novembre 1694, que les ossements furent transportés au cimetière et qu’on célébra un service religieux.

Richard Pierre (dit Pétrus)

Arnu Marthe

Pierre Richard dit Petrus est originaire de Hiers-Brouage, une ville situé à quelques kilomètres de Rochefort en Charente-Maritime. Il semble s’être installé directement à Montréal.
Il est vu pour la première fois dan un acte du 2 octobre 1651. Il passa devant le notaire Benigne Basset en compagnie de Marthe Arnu pour y signer leur contrat de mariage. Ce mariage fut célébré le 16 septembre 1658 à Montréal. Cette famille a vécu, à Montréal, sur une terre jusqu’à la fin des années 1670. Il faut mentionner qu’au recensement de 1666 il possédait 6 bestiaux et 35 arpents de terre en valeur. En 1673, Pierre reçoit les biens, dont une terre, de Jacques Pillerant devant le seigneur de Repentigny. Pillerant quittait Repentigny pour retourner en France. Au recensement de 1681, il vivait à la Seigneurie de Repentigy et possédait 1fusil, 6 bêtes à cornes et 9 arpents de terre mise en valeur. On peut indiquer, sans crainte de se tromper, que la vie de cette famille et de sa descendance se déroulera principalement à Boucherville, Montréal et Repentigny.
Son épouse, Marthe, est originaire de La Rochelle. Celle-ci arrivera au Canada avec sa mère Louise Brodeur, veuve de Marc Arnu, en 1658. Elle fut baptisée à la maison par son parrain.
Malgré une nombreuse famille, 9 enfants, nous retrouverons peu de descendant portant ce patronyme après quelques générations. Quelques-unes des filles se marieront avec des soldats arrivés en Nouvelle-France. On retrouve l’appellation Richaume régulièrement dans la descendance.

Richard Pierre (1 643-1 709)

Hévain Marguerite (1 646-1 718)

Né à Écoyeux (Saintonge) en 1643, se marie avec Marguerite Hévain en 1670 et emménage à l'Ange-Gardien. Puis en 1678, il s'installe dans la seigneurie de Pointes-aux-Trembles. Il laisse une nombreuse descendance.

Richard Michel (1 719-1 793)

Mercier Angélique (1 723-1 803)

Né à Combourg (Bretagne), s'installe à St-Vallier. Il se marie avec Angélique Mercier en 1746.

Richard François (1 686-1 734)

Comeau Anne (1 684-1 722)

Néà Auray (Bretagne), serait arrivé en Acadie en 1707 comme soldat de la marine. Il se marie à Port-Royal une première fois en 1710 à Anne Comeau. Ses enfants furent exilés au Connecticut avant de se réfugier au Québec.

Richard Michel (dit Sancoucy) (1 630-1 687)

Blanchard Madeleine (1 642-1 680)

Né dans la région de Saintes (Saintonge), se marie à Port-Royal, Acadie, une première fois, avec Marie Blanchard vers 1656. Puis, il épouse en secondes noces, Jeanne Babin. Sa descendance est la plus nombreuse des Richard. Bien que certains ont été déportés en 1755, plusieurs ont réussi à fuir et c'est ainsi qu'on les retrouvent un peu partout au Québec, dans les provinces maritimes et aux États-unis.

Richard Pierre (1 646-1 719)

Miville Françoise (1 663-1 727)

Pierre Richard naquit en 1646 à Saint-Georges-des-Coteaux, près de Saintes en France. Son père était Antoine Richard et sa mère Olive Noual.
Il avait vu le jour dans la Saintonge, ancienne province de France.
Pierre, dès le 5 février 1673, recevait sa concession de terre « en lad.seigneurie de Vincelotte » aujourd’hui Cap St-Ignace. Sa terre possédait 4 arpents de front sur le fleuve avec 40 arpents de profondeur.
Il commencera par défricher un morceau de terre avant de construire sa petite maison et de jeter en terre ses premiers grains de blé.
Après 7 ans de préparation, Pierre se dit prêt à fonder son foyer. Une brave fille, Françoise Miville, voulut bien l'accepter comme son homme. Françoise, issue de François Miville, dit LeSuisse, et de Marie Langlois, née le 30 mars 1665.
Pierre et Françoise se marièrent le 3 novembre 1680. Françoise avait 15 ans révolus.
En 1683 le Cap-Saint-Ignace contient 16 famille pionnières et 70 habitants, dont les membres de la famille Richard.
Au cours des ans, Pierre Richard s'est construit une maison de pièce sur pièce de 40 pieds de long et de 20 pieds de large, couverte de bardeau. La grange mesurait 50 pieds en longueur; l'étable, aussi de pièce sur pièce.
Ce sont les héritiers de Pierre Richard, fils, qui donneront le terrain où est située l'église actuelle de Cap-Saint-Ignace.
Pierre et Françoise ouvrirent les portes de la vie à une douzaine d'enfants: Pierre, Jean, Marie, François, Agathe, Joseph, Marie-Françoise, Marie-Madeleine, Geneviève, Angélique, Ursule et Joseph, soit 7 filles et 5 garçons, tous nés et baptisés à Cap-Saint-Ignace, entre 1681 et 1700.
Pierre Richard décéda subitement dans l'église de Cap­-Saint-Ignace, le lundi 13 février 1719. Il s'était approché des sacrements 8 ou 10 jours auparavant. Le défunt avait 70 ans dont au moins 46 dans sa seigneurie et paroisse d'adoption.
Françoise Miville décéda en 1727 et repose en paix dans le cimetière de Cap-Saint-Ignace.

Suivre cette famille

Vous êtes parent avec cette famille ? Ou simplement intéressé ?

suivez cette famille
76
membres suivent cette famille

Situez votre famille dans l’histoire du Québec

Suggérez des contenus

Suggérez des photos, documents, articles, événements et lieux à l'administrateur de cette famille

Envoyez des
suggestions

Administrateur

Cette famille est administrée par :