Généalogie des Fortin | Le Québec, une histoire de famille
Portrait de amethot
Description: 

 

FORTIN

 

L’origine du nom Fortin et sa fréquence au Québec

Patronyme très courant, notamment dans l'ouest de la France, Fortin est le diminutif de « fort ». On l’associe donc à un sobriquet désignant un homme costaud, mais aussi à un nom de baptême, popularisé par un saint très vénéré dans la région Poitou-Charentes, qui fut évêque de Bordeaux au VIe siècle.

 

Huit pionniers ont introduit ce patronyme en Nouvelle-France, mais seulement quatre laisseront une descendance au-delà de 1800 :

 

  • Julien Fortin dit Bellefontaine, né en 1621 à Saint-Cosme-en-Varais (Maine), marié à Geneviève Gamache à Québec en 1652 ;

 

  • François Fortin dit Plermel, né en 1645 à Saint-Hermel (Bretagne), marié à Louise Soumillard à Montréal en 1674 ;  

 

  • Marin-Charles Fortin dit Lafortune, né vers 1679 à Linière-la-Douelle (Maine) ;

 

  • Pierre-Nicolas Fortin, né en 1712 à Rouen (Normandie), marié à Louise-Françoise Lepailleur à Québec, le 3 mars 1737.
  •  

De ces quatre pionniers, Julien Fortin semble avoir laissé la plus importante descendance jusqu’à nos jours.

 

En 1800, on recensait 1051 Fortin au Québec. Ils occupent aujourd’hui le 9e rang de nos plus grandes familles avec 34 000 individus. En comparaison, les Fortin arrivent au 452e rang en France avec 9 595 porteurs du patronyme, dont plusieurs habitent la Normandie. Aux États-Unis, surtout en Nouvelle-Angleterre, on retrouve des Fortin et des Forta.

 

L’ancêtre de 90% des Fortin et de Madonna

 

Julien Fortin dit Bellefontaine voit le jour le 9 février 1621 à Notre-Dame-de-Vair, aujourd’hui Saint-Cosme-en-Vairais, de l’union de Julien Fortin, boucher, et de Marie Lavye. Il est l’ainé d’une famille de trois enfants. Ses parents se sont mariés à Saint-Cosme-en-Vairais, le 26 novembre 1619.  

 

En 1650, il s’embarque à Dieppe pour la Nouvelle-France avec son grand ami Claude Bouchard et s’installe à Québec, amenant avec lui assez d’argent pour pouvoir s’établir convenablement au pays. Le 26 septembre de la même année, il reçoit une concession de terre à Saint-Anne-du-Petit-Cap sur la Côte-de-Beaupré.

 

Julien Fortin épouse à Sainte-Anne-du-Petit-Cap (Saint-Joachim), le 11 novembre 1652, Geneviève Gamache, fille de Nicolas Gamache et de Jacqueline Cadot. Douze enfants naissent de cette union entre 1654 et 1677.

 

Le 23 août 1657, Julien Fortin achète, pour 700 livres, une partie de la seigneurie de l’île d’Orléans de Charles de Lauzon. Il devient ainsi seigneur d’une partie de la Côte-de-Beaupré. Il vend cette propriété à Mgr Laval en 1662 puis acquiert une autre propriété sur la Côte-de-Beaupré pour loger sa famille. Julien Fortin est présent à Château-Richer aux recensements de 1666, 1667 et 1681.

 

On ignore la date précise de la mort du premier ancêtre des Fortin d'Amérique. Sa dernière trace aura été d'agir comme parrain de sa petite-fille Marie en 1689. Le dernier acte de sa vie a sans doute été détruit dans un incendie.

 

Julien Fortin est l’ancêtre de la très grande majorité des Fortin du Québec (90%). Geneviève Gamache continuera l'exploitation des biens de son défunt mari. Elle finira ses jours chez son fils Charles, à L'Islet où on l’inhumera le 5 novembre 1709.

 

Les racines québécoises de Madonna

 

De passage à Montréal, en juillet 1987, lors de sa tournée Who's That Girl Tour, Madonna révélait que sa défunte mère était d’origine franco-canadienne. Aussitôt, les généalogistes ont pris d'assaut les registres pour en savoir plus. «Nous avons mis plus de deux ans parce que le Michigan ne dispose pas de répertoires de mariages comme le Québec», explique René Jetté, auteur d'un dictionnaire des familles du Québec.

 

Les recherches ont permis de découvrir que la fille de Sylvio Antonio Ciccone et de Madonna Louise Fortin, descendait bel et bien de Julien Fortin. Ses ancêtres ont émigré au Michigan à la fin du 19e siècle, état où la star voyait le jour le 16 août 1958.

 

Le 21 juin 2006, en spectacle au Centre Bell à Montréal, Madonna déclarait : «Je ne suis pas venue à Montréal depuis longtemps, mais ça fait du bien d'être là. J'ai un peu de sang canadien-français dans le fond.»

 

Quelques Fortin connus

Marc-Aurèle Fortin, artiste peintre et graveur de renommée internationale né à Saint-Rose (Laval), le 14 mars 1888, de l’union de Thomas Fortin et d’Amanda Fortier. Décédé à Macamic, en Abitibi, le 2 mars 1970.

 

Pierre Fortin, économiste, né le 18 août 1944 à Lévis de l’union de Jean-Paul Fortin et de Marguerite Angers.

 

Diane Tell (née Diane Fortin), auteure-compositrice-interprète originaire de Val d’Or.

 

Bernard Fortin, comédien.

 

André (Dédé) Fortin, chanteur du groupe Les Colocs, né à Saint-Thomas-Didyme.

 

Marie-Thérèse Fortin, comédienne.

 

Marc-André Fortin, chanteur originaire d’Hébertville, gagnant de Star Académie 2005.

 

Fred Fortin, auteur-compositeur-interprète.

Famille: 

En vedette

Voyez la capsule de la
famille de la semaine

Visionnez
la capsule